fbpx

L’Arabie Saoudite s’éloigne des Etats-Unis à mesure que l’accord sur le nucléaire iranien se concrétise

accord nucleaire iranien Arabie Saoudite Etats-Unis Obama
 
A mesure que les Etats-Unis se rapprochent de l’Iran, notamment par le biais des négociations sur le nucléaire iranien, l’Arabie Saoudite fait tout ce qui est en son pouvoir pour lutter contre l’influence iranienne dans la région. Le fidèle allié des Etats-Unis s’en éloigne…
 
Le royaume d’Arabie Saoudite, rival régional de l’Iran, multiplie les raids aériens contre les milices soutenues par l’Iran au Yémen. Il soutient également les djihadistes basés à Idlib, en Syrie, qui se battent contre des Iraniens venus à la demande du gouvernement syrien et réclame aux Etats-Unis de ne pas laisser les milices iraniennes gagner trop de terrain en Iran pendant leur combat contre l’Etat Islamique.
 
Par le biais de l’Egypte, l’un des plus gros bénéficiaires de l’argent saoudien dans la région, l’Arabie Saoudite tente de rassembler des forces militaires arabes pour combattre l’influence iranienne. Elle tente par ailleurs, avec le Pakistan qu’elle soutient également financièrement, de développer ses efforts pour parvenir à développer sa bombe nucléaire, ce qui pourrait lancer une course à l’armement dans la région.
 

La volonté d’Obama de parvenir à un accord sur le nucléaire iranien inquiète l’Arabie Saoudite

 
Un appétit sans doute provoqué par les discussions autour du nucléaire iranien qui auraient dû se conclure par la signature d’un accord mardi, encore une fois repoussé. Des discussions qui ont changé la dynamique des politiques régionales à mesure que Barack Obama a montré sa ferme intention de se rapprocher de l’Iran, quitte à délaisser ses alliés de toujours que sont Israël, l’Union européenne ou l’Arabie Saoudite…
 
L’accord passé entre les grandes puissances occidentales et l’Iran devrait en effet signer la levée des sanctions.
 
Mais de nombreux commentateurs et diplomates arabes craignent que ces accords n’enveniment les conflits au Moyen-Orient étant donné que l’Arabie Saoudite et ses alliés sunnites tentent au contraire de limiter l’influence chiite iranienne dans la région.
 

L’Arabie Saoudite et ses alliés sunnites craignent une alliance entre les Etats-Unis et l’Iran

 
L’Arabie Saoudite et ses alliés reprochent en effet à cet accord de ne rien faire pour limiter cette influence grandissante dans la région, voire même de l’encourager par la levée des sanctions.
 
Ces derniers craignent par ailleurs que les négociations ne débouchent sur une alliance entre les Etats-Unis et l’Iran, alors que les deux pays collaborent déjà dans leur lutte contre l’Etat islamique en Iraq.
 
« Le monde arabe ne croit plus que ces négociations se fassent uniquement sur la question nucléaire, et se plaint fréquemment de ne pas avoir accès à ces négociations, de ne pas être consulté » commentait récemment Gamal Abdel Gawad Soltan, politologue de l’Université américaine du Caire.
 
De son côté, Barack Obama répond que cet accord est pour la plus grande sécurité des pays arabes puisqu’il vise à assurer que l’Iran ne se dote pas de la bombe nucléaire.
 
Mais quels que soient ses résultats, de nombreux analystes affirment que les négociations ont contribué à l’émergence d’une divergence entre l’administration Obama et le monde arabe sunnite qui manifeste maintenant son désir croissant d’autonomie. Barack Obama n’hésite plus à négliger les alliés traditionnels des Etats-Unis pour se rapprocher de l’Iran, soutenu par la Russie et la Chine…
 
Ces changements risquent de plonger le Moyen-Orient dans une instabilité toujours plus grande.