fbpx

CONTE (ENFANTS)
La Belle et la Bête ♠


 
La Belle et la Bête est une énième adaptation cinématographique du célèbre conte français de Mme Leprince de Beaumont. La Bête est un monstre en apparence, mais au bon fond, à redécouvrir par la Belle. Seul un amour vrai rendra à la Bête un aspect humain, perdu suite à un sort d’une fée de mauvaise humeur, qui avait certes ses raisons. Ce nouveau film appartient toutefois avant tout à l’univers de Disney, et plutôt qu’une référence à l’original, il s’agit d’une variation sur la version précédente de Disney, le dessin animé de 1991, du reste réussi lui. Cette nouvelle Belle et la Bête reprend donc l’intrigue modifiée et les personnages du dessin animé, et développe les rôles des personnages secondaires, inventés par Disney, et ajoute des péripéties bien laborieuses et inutiles. Il en résulte mécaniquement un film trop long, diffus, bavard…Il est trop long en particulier pour le public visé, les enfants, qui tiennent difficilement plus d’1 heure 20 au cinéma, ce que savait d’ailleurs Disney autrefois, et ne tiendront certainement pas 2 heure 09 montre en main – à quoi il faut ajouter 20 à 25 minutes de séance. Signalons encore l’envahissement du politiquement correct, qui vise à faire croire aux enfants que la France profonde du XVIIIème siècle aurait été déjà largement peuplée de personnes de couleur, alors qu’elles y étaient d’une extrême rareté, sinon franchement totalement absentes.
 

La Belle et la Bête : à fuir

 
Puis, vient un problème d’éthique majeur, déjà signalé sur Réinformation.tv : le réalisateur Bill Condon s’est en effet vanté dans de nombreux entretiens d’avoir introduit des personnages homosexuels dans l’intrigue de son film pour enfants ! Qu’en est-il vraiment ? A notre triste époque, il est devenu un bon argument publicitaire de se targuer, et ce éventuellement à tort, d’une telle inconduite… Malgré les rumeurs, il n’y avait rien eu de tel dans le récent dessin animé le Monde de Dory. Ainsi, nous avons regardé particulièrement attentivement La Belle et la Bête sous cet angle: elle ne comprend aucune scène homosexuelle explicite. Toutefois, un personnage secondaire est fort maniéré, et une dizaine de plans sont douteux : ainsi, par exemple, une armoire magique rhabille manu militari de vaillants et moustachus mousquetaires de robes, mésaventure prodigieuse qui les amuse beaucoup et les fait rire peu virilement…Ce qui serait de mauvais goût, et, peut-être à tort, supportable pour des adultes, nous paraît radicalement inadapté pour des enfants. Dans une perspective d’éducation honnête, ce film, du reste ennuyant, sera donc à fuir.
 

Hector JOVIEN

 
Belle bête conte enfants film