fbpx

CONTE (ENFANTS)
Belle Dormant ♥♥♥


 
Belle Dormant est une adaptation filmée française du célèbre conte La Belle au Bois Dormant. La petite variation dans le titre permet au film d’exister dans les recherches internet, tant il serait médiatiquement écrasé par les adaptations de Disney en reprenant le titre original. Les images de Disney ont malheureusement quelque peu fait oublier notre écrivain Charles Perrault, auteur du conte en 1697.
 
Belle Dormant comprend d’inévitables adaptations, significatives, mais il s’avère selon nous fidèle à l’esprit du conte. Plutôt que d’essayer de reconstituer un cadre du temps de Louis XIV, ou du probable Moyen-Age déjà rêvé par Perrault, le réalisateur a fait le choix d’une double transposition, en 1885-1900 et 2000. Dans un petit pays d’Europe, une princesse a été ensorcelée par une méchante fée ; elle se piquera à ses 15 ans, et en mourra; mais une bonne fée atténue considérablement ce sort en transformant cette mort en cent ans de sommeil pour l’intéressée, comme pour tout son pays. Le petit royaume endormi, devenu forêt vierge rapidement, faute de paysans éveillés pour entretenir les champs, est annexé de facto par le plus grand royaume voisin. En l’an 2000, le jeune prince héritier de ce royaume ne rêve que d’éveiller la princesse endormie, suivant la légende. Le roi son père est affligé de cette obsession, et doute franchement de l’entendement de son fils adolescent, de sa capacité à lui succéder. Son autre grande passion est la batterie, instrument guère intellectuel et trop bruyant…L’humour, toujours présent, mais sans sombrer dans l’autodérision, permet aux spectateurs adultes de passer aussi un excellent moment. Certaines répliques rappellent le meilleur de Prévert. Sinon, Belle Dormant est fondamentalement un oxymore charmant, un film français d’aujourd’hui visible par les enfants.
 

Belle Dormant, un réjouissant enchantement

 
Le film est porté par la double dimension décalée, tout au long du récit ou presque, entre un ancrage réaliste, ou à peu près, dans les décors, les costumes, les personnages, leurs comportements et leurs répliques, et quelques contrepoints de fééries, qui relèvent proprement du merveilleux du conte. Belle Dormant réussit à proposer un univers particulier, et ce sans débauche d’effets spéciaux. Les moyens de la production, modestes, ont été gérés au mieux. Cette grande sobriété a permis à ce film de se distinguer nettement de toutes les nombreuses adaptations : la magie, quand elle opère, est comme voilée, ce qui paradoxalement la rend peut-être plus crédible le temps du film, tout en permettant les doutes obstinés des personnages sceptiques.
 
Enfin le prince épousera la princesse. Comme il la réveille d’un baiser, telle est la seule conclusion décente possible. Cette morale, évidente en 1697, est désormais d’un conservatisme presque subversif face aux canons amoraux de notre époque. Belle Dormant a été pour nous un réjouissant enchantement.
 

Hector JOVIEN

 
Belle Dormant conte enfants film