fbpx

Certains papillons utilisent leur queue pour brouiller l’écholocation des chauves-souris


 
Le papillon lune serait plus proche des avions de chasse que nous n’aurions pu le deviner : sa longue queue agit comme un brouilleur de radar pour contrer l’écholocation des chauves-souris, en attirant efficacement les chauves-souris vers une partie superflue de leur corps. Dans cette merveille de la nature, qui répond à une autre merveille, des mammifères volants sans se soucier du dogme évolutionniste et se dirigeant grâce à un sonar, les scientifiques ne voient qu’un résultat de l’évolution.
 
La plupart des papillons disposent d’un autre système de défense : ils ont des oreilles capables de percevoir les fréquences envoyées par les chauves-souris qui les chassent. Mais la moitié des papillons nocturnes ne dispose pas de cette fonction.
 

La longue queue du papillon lune utilisée pour dérouter les chauves-souris

 
Une nouvelle recherche vient de montrer que le papillon lune a un « outil » bien plus efficace : cette longue queue il agite en créant des bruits déroutants pour les chauves-souris.
 
« Les chauves-souris et certains papillons sont engagés dans une guerre acoustique depuis plus de 60 millions d’années » précise le rapport. La plupart des papillons qui ne sont pas dotées d’oreilles sensibles aux fréquences de ces petits mammifères nocturnes subissent une intense prédation.
 
Le rapport pose donc une hypothèse : ces longues queues seraient une « nouvelle stratégie » contre les attaques de chauves-souris.
 

Il faudrait croire que la queue des papillons est un résultat de l’évolution

 
Le brouillage des signaux envoyés par les chauves-souris n’est pas nouveau puisque les chauves-souris l’utilisent entre elles. Mais la queue de ces papillons n’agit pas exactement de la même manière : elles ne brouillent pas les signaux, elles dirigent les chauves-souris vers un endroit qui n’est pas celui qu’elles cherchaient : leur queue, précisément.
 
Lors d’une expérience menée par l’équipe de chercheurs, seules 34,5% des papillons ayant une queue ont été attrapées par des chauves-souris tandis que 81,3% de ceux n’en ayant pas ont été attrapées.
 
Dans le cas des papillons avec queue, les chauves-souris ont été dirigées vers cette queue, impossible à saisir tant les papillons l’agitent.
 
Et il faut évidemment croire qu’il s’agit là d’un résultat de l’évolution…