fbpx

Les piscines d’Allemagne distribuent des guides de bonnes manières aux migrants à la suite d’agressions sexuelles

migrants piscines Allemagne agressions sexuelles guides bonnes manières

Livret d’une piscine de Munich : mains baladeuses n’ont qu’à bien se tenir, sinon “panpan cucul”.


 
Les autorités allemandes ont publié des nouveaux guides de bonnes manières distribués dans les piscines publiques du pays : un livret assorti de traductions en anglais, français et arabe dont la cible est très évidemment l’importante population immigrée entrée en Allemagne ces derniers mois. Les images comportent d’ailleurs des personnages bronzés et les « bonnes manières » évoquées ne se bornent pas aux recommandations traditionnelles – ne pas sauter s’il n’y a pas suffisamment de place libre, se doucher au savon avant d’entrer, ne pas faire couler les autres nageurs – mais comportent des règles qui paraissent aller de soi. Il faut dire qu’en Allemagne, comme dans d’autres pays européens, les accusations d’agressions sexuelles ont fleuri ces derniers temps. Et qu’elles visent explicitement les migrants.
 
Les dessins ont été réalisés à la demande des autorités municipales de Münich qui se sont entourées des conseils des Offices de l’égalité et de la lutte contre les discriminations, ainsi que du Centre pour la coopération interculturelle de la ville. On devine cependant quelques préjugés racistes et xénophobes dans les recommandations – elles ont beau s’adresser à tous, leur teneur en dit long.
 

Des guides de bonnes manières pour dire aux migrants qu’on ne met pas la main aux fesses

 
Ce ne sont certes pas les Allemands qui ont besoin qu’on leur dise de ne pas entrer dans l’eau en sous-vêtement, et que le maillot de bain en matière adaptée est obligatoire. Ce ne sont pas les Allemands non plus qui vont devoir étudier ces règles d’étiquette pour obéir avec la même promptitude aux ordres donnés par tous les employés, qu’ils soient hommes ou femmes.
 
« Quelle que soit la tenue de bain portée par une femme, il fait la traiter avec égards et respect » : vous le saviez, sans doute. Mais pas tout le monde, visiblement – d’ailleurs l’injonction est illustrée d’une jeune femme en bikini, d’une autre en maillot une-pièce et d’une troisième en tenue charia-compatible, avec voile, bras et jambes couverts et une robe de bain à mi-cuisses…
 
On voit aussi une main barrée de rouge alors qu’elle s’approche des fesses d’une nageuse, avec la légende : « Pas d’agression sexuelle verbale ou corporelle contre les femmes, quel que soit leur habillement ! »
 

Le livret du savoir-vivre dans les piscines d’Allemagne préviendra-t-il les agressions sexuelles ?

 
On est très en deçà des règles du savoir-vivre, décidément. Si rien ne vient dire explicitement que les migrants sont visés, en Allemagne on ne s’y trompe pas : les petits guides ont été distribués quinze jours après la parution de plusieurs articles rendant compte de comportements agressifs que les Allemandes n’entendent pas supporter, même au nom de l’antiracisme.
 
Certaines villes ont pris l’option d’interdire l’accès à leurs piscines aux hommes adultes migrants tant que les travailleurs sociaux n’assureront pas qu’ils ont « compris le message » : dans la ville de Bornheim, au sud de Cologne, le responsable des affaires sociales a précisé que des femmes s’étaient plaintes de harcèlement sexuel de la part d’hommes vivant dans un centre d’accueil de réfugiés voisin. Les femmes en question avaient pris la décision de s’en aller : c’est ce qui a poussé la ville de Bornheim à agir.
 
Une bande dessinée pleine de bons sentiments suffira-t-elle à changer le comportement de ces hommes qui se croient tout permis ? Il est permis d’en douter – on nage toujours en plein multiculturalisme avec l’idée qu’il suffit de se plonger dans le bain de la diversité et d’en connaître les règles pour que les troubles cessent.
 
D’autant que les réalisateurs des livrets ne craignent pas le ridicule : la règle numéro 11 rappelle aux visiteurs que « pour les non nageurs, l’eau est dangereuse ».
 
Elle mouille, aussi.
 

Anne Dolhein