fbpx

New Ways Ministry : un groupe LGBT “catholique” pour la défense des droits homosexuels reçu à l’audience du pape François

New-Ways-Ministry-audience-pape-Francois-LGBT-catholique
 
Reçus « comme des VIP » : c’est ce qu’a retenu le Huffington Post du passage du groupe LGBT catholique New Ways Ministry à l’audience du mercredi du pape François. Cinquante homosexuels, sous la houlette de sœur Jeannine Gramick et du directeur exécutif du groupe, Francis DeBernardo, en pèlerinage à Rome, ont été placés au premier rang parmi les personnalités. Le groupe n’a pas été nommé lors de la présentation de la salle au pape François et que ce dernier n’a pas non plus évoqué leur présence lors de son intervention. Ils n’ont pas pu serrer la main du pape mais lors de son passage, tout près, ils ont chanté l’hymne « All Are Welcome » (« tous bienvenus ») qui « symbolise leur désir d’une Eglise plus inclusive ». Et ils ont crié : « Nous sommes des catholiques LGBT ! »
 
Pour sœur Jeannine Gramick, cette réception de première classe est le signe d’un « mouvement dû à l’effet François » : un changement radical par rapport aux pontificats de Jean-Paul II et de Benoît XVI. « Ils se contentaient de nous ignorer », assure la religieuse.
 

Ce groupe de « catholiques homosexuels » avait été interdit par les deux précédents papes

 
Cela n’est pas exact. New Ways Ministry a été l’objet de plusieurs tentatives de reprises en main qui ont visé sœur Jeannine et le cofondateur du groupe, le frère Nugent, mort l’an dernier. De très nombreuses plaintes de fidèles et de prélats américains avaient conduit le Vatican à lancer une enquête sur le groupe New Ways Ministry et sur l’enseignement dispensé par la sœur et le frère.
 
A l’initiative de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique, mais aussi de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, une commission avait été nommée pour faire la lumière de l’enseignement de sœur Jeannine Gramick et du frère Nugent. Au terme de plusieurs échanges, ces derniers avaient manifesté leur refus d’enseigner la doctrine de l’Eglise catholique sur le caractère intrinsèquement mauvais de l’acte homosexuel et c’est finalement la Congrégation pour la Doctrine de la Foi qui s’est directement saisie du dossier.
 
Les deux défenseurs des « catholiques homosexuels » ont persisté l’un et l’autre dans leur refus de reconnaître et d’enseigner la doctrine de l’Eglise en matière d’homosexualité et le Vatican avait alors été obligé d’interdire toute pastorale de ces deux religieux auprès des personnes homosexuelles. La notification était signée par celui qui était alors préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi : Joseph Ratzinger, et approuvée par le pape Jean-Paul II, le 31 mai 1999.
 

Les meilleures places à l’audience du pape François

 
La réception des responsables et des pèlerins de New Ways Ministry a mobilisé, selon la presse, des personnalités improbables. La demande initiale avait été adressée à Rome par le groupe : la réponse était venue de Mgr Georg Gänswein, secrétaire du pape émérite et préfet de la maison pontificale, qui a réservé les tickets pour l’audience. C’est en arrivant sur place que le groupe LGBT s’est rendu compte qu’il s’agissait des meilleures places.
 

Le pape François et l’ouverture aux LGBT

 
La demande du groupe de défense des droits homosexuels a en outre été appuyée par le nonce apostolique à Washington. Et l’archevêque de San Francisco, en pointe contre le « mariage » des couples de même sexe, qui avait reçu Gramick et DeBernardo lors d’une « rencontre constructive » au mois de décembre, avait consenti à écrire une lettre à Rome en faveur des pèlerins de New Ways.
 
A la sortie de l’audience, Francis DeBernardo s’est dit enchanté, assurant que les « couples catholiques gays et lesbiens tout comme les autres familles non traditionnelle devraient être invités au synode (sur la famille) pour parler aux évêques de leur foi et de leur sexualité ». Pour nier la loi naturelle…
 

New Ways Ministry n’est pas catholique

 
Le Huffington Post note que sur le fond, rien n’a changé dans le discours de l’Eglise qui condamne toujours les actes homosexuels, et non les homosexuels. Il n’empêche que cette forme de reconnaissance accordée à un groupe reçu avec les honneurs alors que, tout en se prétendant catholique, il milite pour le « mariage » gay et pour la reconnaissance des unions homosexuelles, a quelque chose de profondément scandaleux. Le problème n’est pas celui de l’accueil des homosexuels qui ont besoin de la Rédemption comme chaque homme sur cette terre, mais du manque de clarté par rapport à un groupe qui revendique une révolution de l’enseignement moral de l’Eglise.