fbpx

CO2 et réchauffement climatique : Donald Trump s’affiche aux côtés du climatosceptique William Happer

Réchauffement climatique CO2 Donald Trump climatosceptiques William Happer
 
Le nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump, connu pour ses positions climatosceptiques, a rencontré en fin de semaine dernière le Dr William Happer, professeur émérite à l’université de Princeton (New Jersey). Ce physicien reconnu dans le milieu scientifique soutient que l’augmentation des émissions de CO2 et le réchauffement climatique sont une chance pour notre planète et pour les êtres humains. Il se dit que Happer pourrait rejoindre l’administration Trump dans l’avenir.
 

Donald Trump rencontre un chef de file des climatosceptiques

 
Cette rencontre a bien sûr ravivé sur Internet les oppositions entre sceptiques et alarmistes. Trump, qui avait qualifié de « canular » les théories catastrophistes et voté pour la suppression de l’Accord de Paris sur le climat (entré en vigueur en novembre 2016) semble tenir ses promesses de campagne.
 
Le Pr Happer, ancien haut-dignitaire scientifique du gouvernement fédéral, fait partie de ceux, de plus en plus nombreux, qui se sont ralliés aux positions « sceptiques » ou « réalistes ».
 
Il en est aujourd’hui l’un des plus célèbres défenseurs.
 
Interrogé le mois dernier par le site The New American, Happer a expliqué que la plupart des plantes sont en réalité conçues pour vivre dans une atmosphère bien plus riche en CO2, et que cette molécule est, dit-il, « formidable et pleine d’atouts » pour la croissance des plantes. L’utilisation de serres par les agriculteurs en est la preuve. « Nous entendons que le CO2 est la cause du réchauffement climatique », poursuit Happer. « Pourtant, la Terre n’a jamais été aussi verte ni les cultures aussi productives que depuis que le niveau de monoxyde de carbone augmente. » Les expériences scientifiques le prouvent : les plantes grandissent mieux et plus vite quand le niveau de CO2 dans l’air augmente.
 

La théorie du réchauffement climatique est une supercherie

 
« Il est évident que nous ne vivrons pas de catastrophe climatique », explique Happer : la Terre a connu par le passé des concentrations en CO2 bien plus importantes qu’aujourd’hui ; en outre, chaque homme produit chaque jour à lui tout seul presque un kilogramme de CO2 en expirant ! Pour le physicien, on se trompe de combat : « Personne n’a envie de vivre dans un monde pollué. A Shanghai, Beijing ou Delhi, ce n’est pas le CO2 qui est responsable de la pollution de l’air, mais les cendres volantes et l’oxyde de soufre. C’est cela qu’il faut absolument contrôler. »
 

William Happer dit tous les avantages des émissions de CO2

 
Ces théories font leur chemin dans la communauté scientifique où, d’une façon générale, on sait rester bienveillant et respectueux de la liberté académique, malgré des divergences de point de vue. Les plus virulents opposants viennent surtout de la communauté non-scientifique que l’on peut qualifier aujourd’hui, d’après Happer, de véritable « establishment » international contre le réchauffement climatique. Certains les appellent les « Nazis du réchauffement global » !
 
Les prises de position officielles de Trump et la possible nomination de Happer pourront contribuer à l’avenir à limiter les égarements actuels des milieux politiques et scientifiques sur la question du climat.