fbpx

La religion moins présente chez les jeunes partout dans le monde, mais la différence est la plus marquée en Europe et tout particulièrement en Pologne !

religion jeunes Europe Pologne Bault
 
Une étude du Pew Research Center publiée à la mi-juin montre que la religion prend moins de place dans la vie des plus jeunes (moins de 40 ans) que des plus vieux (40 ans et plus). C’est vrai à peu près partout dans le monde, y compris dans les pays musulmans, même si cette différence est particulièrement nette en Europe et aux États-Unis. La Pologne détient le record européen de la plus grosse différence en ce qui concerne la participation hebdomadaire au culte religieux, avec seulement 26 % des moins de 40 ans qui se rendent régulièrement à la messe dominicale contre 55 % des Polonais âgés d’au moins 40 ans, soit un différentiel de 29 points de pourcentage. Les Polonais de moins de 40 ans restent néanmoins les plus nombreux à conserver une pratique hebdomadaire de leur religion par rapport au reste de l’Europe (sachant que l’île de Malte n’est pas couverte par cette étude qui a englobé 108 pays du monde). Aux Etats-Unis, 28 % des moins de 40 ans, toutes religions et confessions confondues, participent au culte hebdomadaire contre 40 % des plus de 39 ans. En France, c’est 10 % des moins de 40 ans – un pourcentage très probablement relevé par la pratique des musulmans – contre 13 % des plus de 39 ans.
 

Dans toute l’Europe, les plus jeunes pratiquent moins leur religion que les plus vieux, mais la différence entre les deux classes d’âge varie beaucoup d’un pays à l’autre

 
Les questions posées par les enquêteurs du Pew Research Center portaient sur l’affiliation religieuse, la pratique hebdomadaire de la religion sous une forme collective organisée, la prière quotidienne, et le fait de savoir si la religion est très importante pour la personne interrogée. Cette étude ne compare pas l’évolution de la religiosité dans le temps, mais les différences entre deux tranches d’âges : 18-39 ans et à partir de 40 ans. Si la religion peut prendre de l’importance dans la vie d’une personne avec l’âge, la constatation de différences importantes entre les deux classes d’âge, comme c’est le cas pour la Pologne, mais aussi pour d’autres pays avec des sociétés traditionnellement perçues comme attachées à la religion, montre clairement, en ce qui concerne l’Europe, que la religion chrétienne perd sa dimension de tradition transmise automatiquement de génération en génération. Les autres pays de l’UE étudiés où la différence négative de participation au culte hebdomadaire est la plus importante entre les gens de 40 ans et plus et ceux de la tranche 18-39 ans sont le Portugal (15 points de pourcentage en moins chez les jeunes), la Grèce et la Slovaquie (14 points), l’Espagne (13 points), l’Irlande (12 points), la Lituanie et la Roumanie (11 points). On voit donc que le phénomène ne concerne pas seulement les pays catholiques, puisque la Grèce et la Roumanie sont à majorité orthodoxe.
 

L’Italie plus catholique que l’Irlande, mais loin derrière la Pologne

 
En Italie, la différence entre les deux classes d’âge est plus modérée, avec 18 % des 18-39 ans qui participent au culte hebdomadaire contre 26 % des Italiens de 40 ans et plus. Que ce soit en termes de pratique hebdomadaire ou de prière quotidienne, on peut dire aujourd’hui que l’Italie est plus catholique que l’Irlande et que cette différence est particulièrement marquée chez les jeunes, avec seulement 13 % de pratique hebdomadaire chez les Irlandais de moins de 40 ans. Exception faite des pays Baltes, de la Tchéquie et de la Bulgarie, la religion chrétienne reste globalement plus présente dans les pays de l’ex-Europe de l’Est, la Pologne se démarquant nettement des autres avec 42 % de ses citoyens majeurs qui fréquentent le culte hebdomadaire (principalement la messe catholique). Le deuxième pays du classement européen (uniquement pour les pays étudiés de l’UE), c’est le Portugal avec 25 % de Portugais majeurs qui ont une pratique hebdomadaire de la religion, suivi de la Roumanie et de la Croatie (24 %), de l’Italie et de la Slovaquie (23 %) puis de l’Irlande (20 %), et enfin de la Grèce (16 %), de l’Espagne (15 %, mais seulement 7 % chez les 18-39 ans). Viennent ensuite la France (12 %), l’Autriche (11 %) et l’Allemagne (10 %). Tous les autres pays de l’UE étudiés ont des pourcentages à un chiffre, y compris le Royaume-Uni avec 8 % de pratique religieuse hebdomadaire toutes classes d’âges confondues, l’Estonie fermant le classement avec seulement 2 %.
 

Olivier Bault