fbpx

Royaume-Uni: Les bénéfices de l’immigration en provenance de l’UE seraient de 20 milliards de livres

royaume-uni immigration UE
 
Alors que le Premier ministre conservateur David Cameron, poussé vers la droite par le parti europhobe Ukip, annonce vouloir limiter l’immigration européenne, l’University College de Londres (UCL) vient de publier une étude affirmant que les immigrés en provenance de l’Union européenne ont rapporté 20 milliards de livres (26 milliards d’euros) aux caisses du trésor britannique lors de la dernière décennie.
Selon cette étude, ces immigrés européens paient beaucoup plus d’impôts qu’ils ne touchent de prestations sociales, ce qui expliquerait ce solde de 20 milliards de livres de contribution aux finances nationales, entre 2001 et 2011. Elle précise que les personnes venues de l’Europe de l’est rapportent à elles seules cinq de ces 20 milliards de livres. 
Les immigrés en provenance de 15 pays de l’UE, dont la France et l’Allemagne, ont payé 64% de plus d’impôts qu’ils n’ont touché d’allocations.
 

L’Immigration en provenance de l’UE : du personnel qualifié tout bénéfice pour le Royaume-Uni

 
Ceux arrivant des pays d’Europe centrale et de l’est ont apporté 12% de plus que ce qu’ils ont coûté, rapporte l’étude qui précise que ces travailleurs ont en outre un bagage culturel plus important que les Britanniques et apportent donc un capital humain équivalent à une dépense de 6,8 milliards de livres dans l’éducation.
 
La publication de cette étude tombe bien, en plein débat sur l’immigration et alors qu’Angela Merkel a affirmé qu’elle préférait que le Royaume-Uni sorte de l’Union Européenne plutôt que de revoir le principe de libre-circulation des personnes dans l’Union.
David Cameron est censé s’exprimer sur le sujet avant Noël.
 
D’après les médias britanniques, il réfléchit à plusieurs options, allant du blocage des prestations aux immigrants venant de l’UE à un coup de frein sur leur nombre. Il a par ailleurs déjà promis la tenue d’ici à 2017 d’un référendum sur le maintien du pays dans l’UE, s’il remporte les législatives en juin prochain.