fbpx

La Russie construit une réplique du Reichstag pour nourrir le patriotisme des enfants

Russie réplique Reichstag patriotisme enfants

Soldats de l’Armée rouge sur le Reichstag en 1945


 
Le ministère russe de la défense construit actuellement une réplique du Reichstag dans un parc à thème militaire proche de Moscou, afin de permettre aux enfants de participer à des grands jeux simulant la prise du bâtiment à Berlin en 1945 par l’armée soviétique. Objectif : nourrir le patriotisme des jeunes à travers les glorieux souvenirs de la Russie communiste…
 
L’annonce a été faite mercredi à la Douma par le ministre de la défense, Sergueï Choïgou : la réplique, sans être complète, représentera la plus grande partie du Reichstag. « Nos gars de la Jeune Armée vont pouvoir prendre d’assaut non pas un bâtiment quelconque mais le vrai ! », s’est-il réjoui.
 

La prise du Reichstag nourrira le patriotisme des enfants

 
Ladite Jeune Armée a été créée en 2015 en vue de permettre aux enfants de recevoir un entraînement militaire de base ainsi qu’une « éducation patriotique » dès l’âge de 10 ans. Cette année-là vit également le président Vladimir Poutine inaugurer « Patriot Park » , où l’on peut admirer des modèles grandeur nature de l’équipement militaire russe, des expositions temporaires, et autres objets martiaux. Même les repas permettent de se mettre dans l’ambiance : ce sont des rations militaires. A la boutique, précise The Guardian, on trouve des objets franchisés à l’effigie de Poutine. Mais aussi des magnets représentant Staline et même Beria, d’encore plus sinistre mémoire…
 
Aux reconstitutions de batailles – uniquement celles des victoires russes et soviétiques – s’ajoutent des activités pour les plus jeunes, comme le lancement de grenades, la manipulation de lance-roquettes ou la conduite de chars, sans compter, bientôt sans doute, la prise du Reichstag précédemment évoquée.
 

Une réplique du Reichstag à Patriot Park près de Moscou

 
Tout cela s’inscrit dans la volonté de Poutine d’utiliser l’histoire soviétique au service du nationalisme russe – à moins que ce ne soit le contraire – en magnifiant le rôle joué par l’Armée rouge et ses victoires, notamment celle sur le nazisme. On oublie le pacte germano-soviétique, évidemment – la collusion initiale du communisme et du nazisme n’entre pas dans le tableau.
 
La chute de Berlin en est le point d’orgue. Le 9 mai ou « Journée de la Victoire », date à laquelle la Russie commémore la fin de la Seconde Guerre mondiale, est devenu l’un des jours fériés les plus symboliques de l’année alors qu’en Occident, les jours correspondants sont de moins en moins marqués. En 2015, une réplique du Reichstag avait déjà été construite à Grozny, en Tchétchénie, et de vrais soldats russes, portant uniformes soviétiques face à de faux soldats nazis, avaient participé à une reconstitution de la prise qui avait culminé avec l’installation du drapeau rouge à la faucille et au marteau sur le bâtiment en carton-pâte. Le même drapeau rouge flottera à Patriot Park, pour la satisfaction et l’édification des jeunes.
 

Anne Dolhein