fbpx

Un article universitaire dénonce les « horreurs » de l’hétérosexualité

article universitaire horreurs hétérosexualité
 
C’est une chercheuse (évidemment) de Flinders University en Australie qui vient de publier le fruit de ses travaux dans la revue « scientifique » Feminist Theory.
« L’objectif élargi de cette tentative est de théoriser l’hétérosexualité de manière plus précise, et de rechercher les différentes manières de comprendre l’hétérosexualité (y comprise à travers son lien historique avec le mariage hétéronormatif) qui tiennent compte de ses horreurs sans perdre espoir quant à son avenir », explique le sommaire de l’article.
 
La « chercheuse » Heather Brook présente « l’hétérosexualité » comme « un problème en attente de solution », sans que celle-ci puisse être « facile ». Il faut peut-être la rendre « queer », suggère-t-elle. Chose difficile puisque « les identités queer sont perçus comme provisoires, fluides et contingentes, tandis que l’hétérosexualité – ou du moins, l’hétérosexualité mainstream, étayée par les institutions – est le plus souvent perçue comme étant immuablement monolithique ».
 
Et avec ça, l’idéologie du genre n’existe pas ?