fbpx

Chine : le marché noir de la GPA est florissant

Chine marché noir GPA

 
Encore une retombée de la politique de l’enfant unique en Chine : les couples fortunés, qui remettent souvent leur décision de concevoir « le » bébé autorisé à un moment où leur fertilité baisse, ont de plus en plus recours à une mère porteuse qu’ils préfèrent chinoise, jugeant les femmes des pays voisins « inférieures ».
Le New York Times publie un reportage sur ce marché noir en pleine croissance dans un pays où la « gestation pour autrui » demeure illégale, mais où un assouplissement de la politique de l’enfant unique permet à davantage de femmes des zones rurales de concevoir un second enfant et de se servir de cette nouvelle possibilité pour obtenir quelque 24.000 $ pour faire face à leurs dépenses, telles la prise en charge de leurs parents vieillissants.
Ainsi le Baby Plan Medical Technology Company, basé à Wuhan, avec des succursales dans quatre autres villes chinoises, « vend » leurs services et annonce 300 naissances par an : les clients peuvent obtenir un bébé ayant leur ADN à travers l’utilisation de leurs gamètes et la fécondation in vitro qui permet en même temps le choix du sexe de l’enfant.
Le marché fonctionne grâce à des intermédiaires et à un système de surveillance souvent draconien : les mères porteuses, choisies déjà mères pour la plupart afin d’assurer une meilleure « stabilité mentale », sont souvent séquestrées sous regard médical pour éviter qu’elles ne disparaissent dans la nature avec l’enfant après la naissance : pendant la grossesse elles ne peuvent retourner voir leur propre famille.
La Chine compterait aujourd’hui environ 1.000 intermédiaires et une dizaine de milliers de naissances par GPA chaque année. Les plus sophistiqués, comme Baby Plan, organisent des voyages à l’étranger pour que la fécondation ait lieu dans un pays où la GPA est légale, et ajoutent une assurance de conformité de l’ADN.