fbpx

Au Royaume-Uni, le coût supposé du Brexit masque bien plus grave :
celui du vieillissement

Coût Brexit vieillissement
 
Et si l’effet budgétaire supposé du Brexit sur les finances publiques britanniques servait à masquer un défi beaucoup plus grave : celui du vieillissement de la population ? C’est le débat qui agite le Royaume-Uni après la publication d’un rapport de l’Office pour la responsabilité budgétaire (OBR) qui anticipe les évolutions financières outre-Manche. Ce texte publié cette semaine évalue à 60 milliards de livres (70,5 milliards d’euros) le coût d’une sortie de l’Union européenne pour les finances publiques britanniques sur les cinq prochaines années. Un chiffrage dont le patron de l’OBR Robert Chote lui-même ne peut évaluer le degré de crédibilité… puisque les conditions du Brexit ne sont pas encore connues. Ce qui l’est certainement en revanche, c’est l’évolution démographique du Royaume, l’élévation de l’âge moyen de sa population et son impact sur ses finances publiques. Et il est accablant.
 
L’intention politique de la prévision de l’OBR est flagrante : ce chiffre énorme, même étalé sur cinq années, peut très bien relever de la simple volonté de faire peur. Pour autant, commente le journaliste spécialisé Jemery Warner dans le Daily Telegraph, « comparé aux défis de long terme pour les finances publiques – principalement celui qui consistera à concilier la longévité croissante des Britanniques avec la viabilité budgétaire – le Brexit en soi est insignifiant ».
 

Coût du vieillissement : 76 milliards de livres par an. Le Brexit version dure : 12 milliards au pire…

 
Rester dans l’Union ou la quitter sera moyennement positif ou moyennement négatif, mais en soi, estime-t-il, « cela ne constituera pas un changement considérable ». Ce qui importe en revanche c’est la façon dont les politiques publiques et le monde des affaires y répondront et, à ce stade, on ne connaît pas la réponse. Par contre, on connaît bien plus certainement les coûts assumés, par définition, très largement par les finances publiques, d’une population vieillissante. Et ce que l’on sait aussi, c’est que si le Royaume-Uni reste sur la même tendance, il devrait basculer dans un déséquilibre budgétaire incontrôlable et, par là, dans un déclin inexorable.
 
Un autre rapport de l’OBR, mais celui-ci publié l’année dernière, donc avant le vote favorable au Brexit et que ce dernier tend à faire oublier, était intitulé « Rapport sur la viabilité fiscale ». Il avait calculé que si aucune action décisive n’état entreprise, le vieillissement de la population accroîtrait les dépenses des services publics de près de 4 % du produit national sur les 45 prochaines années, l’équivalent de 76 milliards de livres (89,2 milliards d’euros) par an, valeur 2016. A comparer aux 60 milliards de livres sur cinq ans (12 milliards de livres par an) d’un Brexit version pessimiste !
 

Rendement fiscal et besoins d’une personne : courbes inverses en fonction de l’âge

 
Et encore… Cette évaluation intégrait une hausse draconienne de la productivité du Service national de Santé (NHS), égale à celle de l’économie globale. Ce qui n’a jamais pu être constaté jusqu’ici, la productivité était un concept étrange dans le domaine de la santé : une infirmière qui passe sa journée avec un patient est-elle improductive ? Par ailleurs, l’évaluation de l’OBR ne prenait pas en compte la demande exponentielle pour des traitements nouveaux et toujours plus onéreux.
 
Les courbes comparées de rendement fiscal d’une personne en fonction de son âge d’une part, et de ses besoins en terme de financements publics d’autre part, sont symétriquement inverses : à l’âge de 46 ans, la moyenne de contribution fiscale est de quelque 24.000 livres (au plus haut de la vie) contre un besoin d’environ 5.000 livres (au plus bas) ; à l’âge de 91 ans, la moyenne de contribution fiscale est de quelque 4.000 livres (au plus bas) et celle du besoin d’environ 28.000 livres (au plus haut). A ce phénomène de ciseaux il faut ajouter un élément aggravant : l’émergence du travail autonome, dit aussi « gig economy », d’Uber aux autoentrepreneurs en passant par R’BnB, qui réduit les assiettes de taxation, minant la corrélation historique entre croissance et hausse des revenus fiscaux.
 
Le Brexit affole les tenants de la mondialisation heureuse ? Ils vont adorer la mondialisation sénile.
 

Matthieu Lenoir