fbpx

L’Etat islamique appelle au djihad dans tous les pays

L’Etat islamique appelle au djihad dans tous les pays
 
On le donnait pour mort, à tout le moins grièvement blessé : le voilà qui réapparaît. Dans un message audio qui paraît authentique, Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l’Etat islamique et calife auto-proclamé, appelle les musulmans à rejoindre l’Etat islamique, ou, au minimum, à se battre pour la cause dans tous les pays où ils se trouvent, ce qui constitue ni plus ni moins qu’un appel universel au djihad.
 
Alors que l’Etat islamique menace l’antique cité syrienne de Palmyre (et ses inestimables trésors artistiques), qu’il étend son emprise jusqu’au Sahel (où le mouvement armé Al-Mourabitoune, dirigé par l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, vient de lui prêter allégeance), qu’il poursuit ses massacres au Pakistan, que ses séides menaces de mener également une « guerre électronique » dont ils sont bien incapables, Abou Bakr al-Baghdadi vient de lancer un appel à l’ensemble des musulmans du monde.
 

Le djihad dans tous les pays, dans le monde entier

 
« Nous appelons chaque musulman dans n’importe quel endroit à émigrer dans l’État islamique ou combattre sur sa terre où qu’il soit », déclare-t-il au cours d’un message d’une trentaine de minutes. Un appel qui n’est pas un simple conseil, mais bien une obligation.
 
« L’islam n’a jamais été la religion de la paix, l’islam est la religion de la guerre », continue-t-il. « N’est-il pas venu pour vous le temps de savoir qu’il n’y a ni puissance, ni honneur, ni sécurité ni droit si ce n’est à l’ombre du califat ? (…) Revenez sur vos terres, restez dans vos maisons et tournez-vous, après Allah, vers vos frères de l’État islamique. »
 

Islam ou Etat islamique : quelle distinction ?

 
Pendant ce temps-là, en Europe, et notamment ensemble, on nous vante le « vivre ensemble », selon la logorrhée maçonnique d’une époque déboussolée. On en pourrait citer bien des exemples. L’un des derniers en date est celui donné par le Conseil des conférences épiscopales d’Europe, qui vient de tenir, ces derniers jours, une rencontre en Suisse sur le dialogue avec l’islam, au terme de laquelle le cardinal Ricard, archevêque de Bordeaux, a voulu témoigné du « dialogue de vie » entre chrétiens et musulmans.
 
Tout en constatant, néanmoins, un certain radicalisme islamique qui prend diverses formes, pacifiques ou violentes, chez certains musulmans désorientés par la modernité et la culture européenne sécularisée.
 
Deux questions simples, Eminence ! Peut-on chanter les louanges de la laïcité à la française, et pleurer une culture européenne sécularisée ?
 
Et à quoi pourrait bien ressembler le dialogue avec l’islam, si les catholiques s’avouaient autant catholiques que les musulmans se confessent musulmans ?
 

François le Luc