fbpx

KIC 8462852, l’étoile clignotante qui agite les astronomes : est-elle cernée par une méga-structure fabriquée par des aliens ?

KIC 8462852 étoile clignotante méga structure aliens
 
De nombreux articles de presse à travers le monde ont repris dans leurs titres l’explication la moins plausible des baisses régulières de luminosité de l’étoile clignotante KIC 8462852, atteignant jusqu’à 22 %. Découverte en 2015, régulièrement mise en vedette dans des journaux à grand tirage, elle a connu récemment des baisses de sa luminosité qui ont conduit les astronomes à braquer sur elle les plus gros télescopes terrestres. Concernant l’étoile, on a vu fleurir des hypothèses fortement alimentées par la science fiction : elle serait cernée par une méga-structure fabriquée par des aliens.
 
Lors de la découverte des variations atypiques de « l’étoile de Tabby », du nom de la jeune femme qui les a mises en évidence, Tabitha Boyajian – les astronomes s’étaient interrogés sur les raisons possibles de ce phénomène. Le passage de comètes devant l’étoile en faisait partie, mais l’hypothèse extra-terrestre avait déjà fait surface.
 

KIC 8462852, l’étoile clignotante au rythme irrégulier

 
L’idée était qu’une civilisation bien plus avancée que la nôtre avait pu trouver un moyen de créer une structure capable d’aspirer une part de la gigantesque énergie stellaire : une « sphère de Dyson » dont les spécialistes des petits hommes verts assurent qu’elle devrait être logiquement créée par toute population ayant atteint le niveau d’intelligence suffisant pour le faire.
 
KIC 8462852 se trouve à 1.300 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Cygne. Après une période de tranquillité, elle a recommencé à présenter une fluctuation de sa luminosité depuis la semaine dernière. Ce qui est remarquable, c’est que ces fluctuations ne sont régulières ni du point de vue de la perte de luminosité ni des périodes de variation qui elles-mêmes ne se produisent pas à intervalles réguliers.
 
En fait, l’étoile est suivie depuis 2009 comme nombre d’autres pour déceler des variations régulières permettant de déceler la présence d’exoplanètes. Dans le cas de l’étoile de Tabby, les efforts des astronomes ont été récompensés de manière inattendue.
 

L’étoile de Tabby entourée d’une méga-structure alien ? C’est l’hypothèse la moins plausible

 
Selon plusieurs scientifiques, les explications possibles sont assez nombreuses : le passage de comètes n’est pas exclu, ni la désintégration d’une planète qui obstrue la vue depuis la terre de manière régulière : il se pourrait bien que KIC 8462852, une étoile qui n’est pas jeune, ait « avalé » une planète dont les débris seraient toujours en orbite autour de l’étoile. Cette explication avancée par des chercheurs de l’université de Columbia et de celle de Californie a en tout cas beaucoup plus de chances d’être vraie que celle envisageant la présence d’aliens.
 
Les récentes variations ont déclenché une salve d’expériences qui doivent permettre d’analyser la nature des objets bloquant le passage de la lumière grâce à l’étude du spectre de l’étoile permettant d’établir s’il s’agit d’un phénomène naturel.
 
Jason Wright, l’astronome qui a alerté ses confrères en déclenchant un mouvement mondial d’observation de l’étoile de Tabby, est aussi le premier à avoir avancé l’hypothèse de la méga structure artificielle, mais il a bien précisé  : « L’hypothèse des aliens devrait toujours être la dernière à être prise en considération. »
 
Sans surprise, dans la presse grand public, c’est toujours la première, pour extravagante qu’elle soit. Et ainsi, le public est conditionné : les phénomènes préternaturels – en clair, les manifestations des esprits – n’en seront que plus aisément interprétables comme relevant de l’activité d’une « civilisation » extra-terrestre.
 

Anne Dolhein