Un médecin explique sur Facebook un diagnostic difficile sur un patient homosexuel et se retrouve devant le Conseil de l’ordre pour homophobie !

Médecin Facebook Diagnostic Homosexuel Conseil Ordre Homophobie Patient

Le médecin généraliste dijonnais est remplaçant dans toute la Bourgogne.


 
Folie homo sur Facebook : un médecin dijonnais soignant une affection à l’anus a failli se tromper de diagnostic parce que la qualité d’homosexuel de son patient, et ses pratiques, ne figuraient pas au dossier. Pour en avoir parlé sur une page d’entraide Facebook, il est dénoncé pour homophobie et traduit devant le Conseil de l’ordre.
 
On aime ou l’on n’aime pas Facebook. Mais enfin ses pages d’entraide ne sont pas nouvelles. Les accros du réseau social y partagent des anecdotes, des expériences afin de porter à la connaissance du voisin des éléments d’information qui peuvent leur servir. C’est ce qu’a fait le docteur X, médecin généraliste à Dijon. Mal lui en a pris. Le texte qu’il a diffusé a été jugé « pour le moins surprenant » par BFMTV et lui a valu d’être dénoncé au Conseil de l’ordre des médecins de Bourgogne par Mehdi Aïfa, président de l’association des jeunes du refuge.
 

Ignorant que son patient est homosexuel le médecin pose un faux diagnostic

 
Mais voyons le corps du délit – je veux dire lisons le post du médecin :
 
« Je viens de frôler l’erreur médicale. En tant que remplaçant, j’ai eu un patient qui venait pour ce qui semblait être une fissure anale. Tous les symptômes y étaient. Du coup je l’envoie chez le gastro-entérologue qui prépare une opération. Le truc c’est que le patient était homosexuel. Pas un homo type « fofolle » avec des manières surjouées, plutôt un monsieur tout le monde. Du coup je n’ai rien vu (et ce n’était pas au dossier) donc je n’ai pas cherché plus loin.
 
« Et le bilan pré-op a ramené des URDL TPHA très positifs. En fait la fissure anale était un chancre syphilitique. (…) Finalement, un coup de doxy et sa « fissure anale » a été guérie. S’il avait été opéré pour rien, j’aurais été vraiment mal (…) »
 

Devant le Conseil de l’ordre pour homophobie sur Facebook

 
Pas d’ambiguïté, comme le montre d’ailleurs la suite du texte, que j’ai coupée pour n’être pas trop longue : un jeune médecin sans expérience, qui croit que la syphilis est une maladie du passé, commet une erreur de diagnostic parce qu’il n’imagine pas que son patient est homosexuel : rien ne lui permet de le présumer, ni dans son dossier, ni dans son aspect. C’est évidemment pour cela qu’il évoque le « type fofolle », et non par une quelconque « homophobie ».
 
On reste confondu devant la dénonciation commise par Mehdi Aïfa pour « homophobie ordinaire ». Et l’on mesure le chemin parcouru depuis la fin des années soixante-dix, où le mot homophobie fut inventé dans le milieu homosexuel révolutionnaire d’Amérique du Nord pour subvertir le langage et terroriser le grand nombre. Maintenant, il est reçu partout comme du bon pain, appliqué sans le moindre état d’âme à n’importe quel mot, n’importe quelle situation. Le pire évidemment est que le Conseil de l’ordre des médecins de Bourgogne a reçu la dénonciation et que le médecin dijonnais sera traduit devant ses pairs le 9 janvier. Il y a des coups de pied dans le derrière qui se perdent. Mais peut-être cette conclusion est-elle une consternante manifestation d’homophobie ordinaire.
 

Pauline Mille