fbpx

Obama a refusé d’aider le Nigeria face à Boko Haram en raison de son opposition au « mariage » gay

Obama-refus-aider-Nigeria-Boko-Haram-opposition-mariage-gay
 
C’est une information exclusive de LifeSiteNews, et c’est un scandale énorme – que les médias « dominants » ne reprendront très probablement jamais. Un ancien représentant au Congrès américain, Steve Stockman, l’a confirmée : les hauts gradés américains sur place au Nigéria ont reçu l’ordre de ne pas transmettre au gouvernement nigérian les renseignements qui lui auraient permis d’« écraser » Boko Haram, en raison de la position du Nigeria sur les « droits » LGBT et son opposition au « mariage gay ».
 

Steve Stockman témoigne du refus d’aider le Nigéria

 
Steve Stockman s’est rendu au Nigeria en juin 2014 après l’enlèvement de plus de 250 lycéennes par Boko Haram dans le cadre d’une délégation de quatre élus du Congrès ; il était le seul Républicain. C’est lors de sa rencontre – privée – avec de hauts gradés militaires américains stationnés au Nigeria qu’il a entendu un général témoigner de sa « frustration » de voir les Etats-Unis refuser de transmettre des renseignements au gouvernement nigérian, informations qui auraient aidé à « écrasé le groupe islamique radical Boko Haram ».
 

Des militaires américains confirment : Obama place la lutte pour le mariage gay avant celle contre Boko Haram

 
« Les responsables, des généraux – peu importe leur rang et titre – nous ont clairement dit qu’ils voulaient transmettre ces renseignements au Nigeria pour qu’il puisse abattre Boko Haram, car comme vous le savez, les Etats-Unis ont la capacité, grâce à leurs satellites – la NSA, évidemment, et d’autres moyens – de tracer les groupes terroristes. Le général avait demandé la permission pour le faire, mais il a dit que notre politique au niveau de l’Administration – au niveau de l’administration d’Obama – bloquait toute aide à destination de Jonathan Goodluck, qui est l’actuel président du Nigeria », a déclaré Stockman à John-Henry Westen de LifeSiteNews lors d’un entretien enregistré à Paris au mois de mars.
 
Stockman a précisé qu’il a demandé si cette politique avait un lien avec la promotion du « mariage » gay, à quoi son interlocuteur a répondu : « Ouais, c’est cette politique. » L’administration Obama « veut voir le “mariage” gay adopté dans le monde entier, ce n’est pas seulement au Nigeria, mais c’est une politique active », a précisé l’élu.
 
Le Département d’Etat, contacté par LifeSite, a nié catégoriquement tout lien entre cette politique et le refus de transmettre des informations cruciales au gouvernement du Nigeria, affirmant qu’au contraire les Etats-Unis fournissent « équipements, conseils, formation et renseignements pour lutter contre Boko Haram », une aide pour le contre-terrorisme qui est donnée depuis plusieurs années.
 

Le Nigeria se voit refuser des renseignements sur Boko Haram à cause du « mariage » gay

 
Mais des responsables du Pentagone ont corroboré les affirmations de Stockman. Le colonel Steve Warren, porte-parole du Pentagone, a déclaré en mai 2014 à military.com que les renseignements sur le lieu de détention des écolières nigérianes obtenus grâce à des survols de surveillance ne seraient pas communiqués au gouvernement de Jonathan Goodluck, sans en donner la raison. « A cette heure, nous ne partageons pas de données brutes de renseignement », s’est-il contenté de dire.
 
Par ailleurs, on sait que les droits LGBT et la promotion du « mariage » homosexuel sont une priorité de l’administration Obama. Lorsque le Nigeria a légalement banni le « mariage » gay au début de 2014, le secrétaire d’Etat John Kerry a qualifié l’initiative de « dangereuse », rappelle John-Henry Westen, soulignant qu’elle était contraire à ses « obligations légales internationales » et portait atteinte « aux réformes démocratiques et à la protection des droits de l’homme ».
 

Boko Haram, opposition au « mariage » gay : Obama les met dans le même sac

 
On ne compte plus les exactions, actions terroristes et autres crimes commis contre les Nigerians par Boko Haram dont le nom signifie que l’éducation à l’occidentale est proscrite.
 
Il faut croire que ses pratiques ne sont pas plus condamnables, aux yeux d’Obama et de tous les promoteurs des droits LGBT, que celles qui visent à contrer le « mariage » homosexuel. Islamisme, intégrisme et « Manif pour tous » : même combat ? C’est un discours que l’on retrouve en France.
 
L’illustration que lui apporte l’affaire nigériane est particulièrement choquante, mais c’est bien une seule et même logique qui est à l’œuvre.