fbpx

La psychologie de Mahomet et des musulmans

psychologie Mahomet musulmans livre Ali Sina
 
La psychologie de Mahomet et des musulmans, d’Ali Sina, est un livre qu’il faut avoir lu pour comprendre ce qu’est vraiment l’islam, qui sont les musulmans, et, comme le titre l’indique, quel est leur fonctionnement psychologique particulier. Il ne s’agit pas d’un thème pour ethnologue curieux, ou peintre orientaliste soucieux de documentation, comme un tel sujet aurait pu l’être dans les années 1900, voire 1950, mais d’un sujet d’actualité brûlante. Il est préférable en effet de comprendre ces voisins, présents aujourd’hui en France au nombre de 8 à 10 millions, total considérable, et qui à vue humaine est porté à s’accroître par les nombreuses naissances et l’immigration continue.
 
Ce livre est une traduction d’une édition originale en anglais ; les anglicismes sont toutefois rares, et de façon générale la traduction de qualité.
 
Cet ouvrage est d’une grande densité et richesse. Nous ne proposerons qu’une réflexion sur ses principaux éléments.
 

Ali Sina, un auteur courageux et précieux

 
Ali Sina est un ancien musulman, un des très rares apostats déclarés de l’islam. Il connaît fort bien l’islam, de l’intérieur, ainsi que le monde musulman. Il est aussi un bon arabisant. Ces qualités le mettent à l’abri de tous les contresens améliorant le sujet, tels qu’il en est couramment proposé au public occidental ignorant. Qui, en effet, connaît vraiment les traditions islamiques authentiques ? Qui connaît vraiment la langue du Coran, cet arabe médiéval poétique si particulier ? Cette indiscutable et rare maîtrise de son sujet rend donc son ouvrage particulièrement rare et précieux. Nous disposons certes déjà en français d’ouvrages dénonçant l’islam, dont ceux de Louis Chagnon, aussi utiles que courageux, et qui constituent déjà un indice du point auquel nous sommes parvenus en France. Mais nul, à notre connaissance, ne possède cette exceptionnelle maîtrise des sources primaires, dans la langue, avec tout le contexte culturel qui y est associé.
 
Renier l’islam, c’est risquer sa vie dans les pays musulmans, et n’est pas sans risque dans les terres à présence islamique, même si elle n’est pas encore majoritaire ou dirigeante, comme en Europe. Ali Sina affirme avoir accompli la démarche de tout homme honnête, à la recherche d’une spiritualité authentique, de vérité, d’honnêteté. Des principes, des qualités humaines évidentes et universelles ne peuvent pas, selon lui, trouver à s’exprimer dans le cadre islamique. Le véritable islam est celui de son fondateur Mahomet. Le Coran, recueil de vers réputés inspirés de Mahomet est expliqué par les hadiths – dits du « prophète » – et les traditions islamiques pieuses les plus anciennes. En soi, isolément, le Coran est en effet une compilation incompréhensible.
 
Ali Sina récuse la démarche des soufis, qui, à force de commentaires, déforment les textes et intentions originales au point de leur faire dire le contraire du sens premier évident : car la démarche musulmane n’est pas du tout une inoffensive recherche spirituelle de l’union à la divinité. Les fondamentalistes musulmans armés, djihadistes qui font tant parler d’eux aujourd’hui, du Nigéria à la Syrie, représentent bien l’essence de l’islam.
 
Ali Sina insiste sur l’unicité des sociétés islamiques, qui, malgré quelques nuances liées à des contextes culturels originaux différents ou à la distinction entre sunnisme et chiisme, tendent toutes vers le même modèle, celui de l’imitation de Mahomet. Cette approche est juste : le Pakistan, de culture originelle indienne, ou même l’Iran, aux anciennes traditions perses, la Turquie, aux ancêtres venus de Mongolie actuelle, etc., tous ces pays ressemblent assez largement à l’Arabie saoudite. L’unité est évidente, et la Turquie est infiniment plus proche de tout pays musulman que de ses voisins européens, Grèce et Bulgarie ; donc, faut-il le rappeler, elle ne peut être européenne. Le résultat en est que tous ces pays ou presque sont des dictatures rétrogrades, avec un fort retard économique. Les rares pays musulmans riches le sont du fait du hasard géologique que constitue la présence de gisements d’hydrocarbures. Dans le monde, seule l’Afrique noire connaît un retard plus important. Ali Sina ose poser ce constat, et désigner le coupable : l’islam, seul trait commun évident de tous ces Etats, du Maroc à l’Indonésie.
 

L’islam modéré existe-t-il ?

 
Tous les musulmans ne sont certes pas des surexcités appelant en permanence à égorger les « infidèles ». Les « musulmans modérés » ne seraient-ils donc pas, y compris en des pays fondamentalement islamistes comme le Pakistan, l’Arabie saoudite ou l’Iran, majoritaires ?
 
Ali Sina soutient que c’est là une erreur courante : on peut certes rencontrer une modération au moins apparente d’humeur, de comportement… On n’imaginerait jamais de bons pères de famille, aimant leurs enfants, leur femme – certes voilée mais est-ce si important ou pire que l’impudeur occidentale ? – présentant un danger quelconque pour un non-musulman. Mais, selon l’auteur, le musulman dit modéré est avant tout un musulman passif. Il laissera le fondamentaliste agir brutalement. Jamais aucun poids moral d’une supposée masse majoritaire de musulmans modérés ne retient les plus extrémistes. Les seules révoltes morales authentiques concernent l’assassinat de musulmans, de musulmans indiscutables, par d’autres musulmans, déclarant les premiers « faux » musulmans : dès le VIIème siècle, sunnisme comme chiisme ont rejeté cette démarche déraisonnable, qui serait cause de guerre interne sans fin entre musulmans. Cela n’empêche pourtant pas les guerres permanentes entre musulmans, nonobstant le principe reconnu par tous de fraternité de la communauté des fidèles ; l’Oumma – cette communauté – n’a jamais réussi à transcender la violence consubstantielle à l’islam.
 
L’islam fonctionne comme une secte, au sens plein et entier. Le gourou fondateur Mahomet a eu tous les pouvoirs et toutes les autorisations de sa divinité Allah pour sa conduite personnelle, souvent à l’évidence peu recommandable. L’unité du monde musulman est considérée comme la priorité, avec pour idéal la simple imitation de Mahomet. Les intellectuels qui pensent trop sont ainsi suspects et rejetés. Les célèbres « grands penseurs » du monde musulmans, Averroès par exemple, sont d’ailleurs tous antérieurs au XIIIème siècle, et d’une orthodoxie islamique le plus souvent plus que suspecte pour ceux, assez rares, qui les ont vraiment lus.
 

Mahomet, le modèle de tous les musulmans, cœur du problème

 
Mahomet (570-632) est un personnage historique, ce que personne ne conteste. Il a vécu à un moment précis de l’Arabie, la fin du VIème siècle et le début du VIIème siècle. De nombreuses croyances se concurrencent dans la péninsule de cette époque. Les Arabes, ou au Yémen de proches cousins proto-arabiques peut-être pas encore arabisés, se partagent alors entre paganisme arabe traditionnel, monothéismes locaux, christianisme et judaïsme. Le christianisme alors présent en Arabie est souvent fort peu orthodoxe, marqué par des courants gnostiques ou ésotériques, ce qui favorise le syncrétisme avec d’autres croyances. Mahomet est le modèle de tous les musulmans. Le problème essentiel de l’islam tient au caractère à l’évidence peu édifiant de ce personnage.
 
Mahomet est issu d’une riche famille de la Mecque. Mais les premières années de son enfance ont été malheureuses ; il n’a pas connu son père, mort peu après sa naissance, et a été rejeté par sa mère. Jusqu’à 6-7 ans, il a été élevé par des bédouins dans le désert. Puis, sa famille se sentant vraisemblablement coupable de sa négligence passée, il a été particulièrement chéri par un grand-père et un oncle. Le défaut d’affection, surtout, puis son excès n’ont pas facilité la construction de son équilibre émotionnel. Dès son plus jeune âge, il a manifesté des phénomènes particuliers, considérés dès l’époque par les Mecquois comme des crises d’épilepsie. Ces crises peuvent s’accompagner de visions ; il n’y a pas à y voir d’origine surnaturelle ou préternaturelle. Aussi, les Mecquois n’ont-ils guère cru à ses premières révélations. Le drame de Mahomet est d’avoir été pris au sérieux par sa femme plus âgée que lui Khadîdja ; cette riche veuve, fascinée par un personnage jugé pourtant peu intéressant, l’a convaincu de la réalité de sa mission. Il a vécu durant quelques années de la fortune de sa femme, rapidement mangée.
 
Il a donc fallu trouver une source de revenus. Les musulmans sont alors devenus violents. Les fameuses sourates dites « mecquoises » pacifiques, et « ouvertes », à la limite du dialogue interreligieux d’aujourd’hui sinon du relativisme, sont remplacées dans les prêches par celles dites « médinoises », violentes, où se retrouve déjà la substance du Califat actuel d’Abou-Bakr II. Ces sourates sont dites « médinoises », car beaucoup ont été prononcées à Médine (à partir de 622). Médine, la Ville du « prophète », est le nouveau nom donné par les musulmans à l’oasis de Yathrib, à plusieurs centaines de kilomètres au nord de la Mecque.
 
Yathrib était dirigé par une aristocratie de fondateurs juifs. Ces juifs auraient fondé cette cité suite à la destruction de Jérusalem par Nabuchodonosor (- 587). Il y a là une légende pieuse peut-être, mais le caractère anciennement juif de cette oasis est attesté. Au fil des siècles, ces juifs ont reçu une immigration arabe, de religion païenne, et plus ou moins influencée au fil du temps par le judaïsme, sans que ces nouveaux venus s’y convertissent pour autant. Ces arabes ont cultivé la terre, sous leurs ordres.
 
Mahomet, d’abord réfugié de la Mecque, n’a pas fait preuve de reconnaissance envers ses hôtes juifs. Ils n’ont pas cru en son message. Leurs dépendants arabes y ont cru, et la récompense de cet acte de foi est la confiscation à leur profit des biens des juifs. Quant aux juifs, ils ont été pour l’essentiel massacrés ; quelques-uns ont été autorisés à s’exiler, en plein désert, sans aucune ressource ; ils seraient morts rapidement, de misère et de faim, à la grande joie des chroniqueurs musulmans. De centre d’agriculture et de commerce, Médine est devenue une base de pillards. Médine a servi de base à la conquête de La Mecque.
 
La lutte de Médine contre la Mecque a été une guerre fratricide, divisant les familles. Mahomet a imposé la plus grande dureté envers des parents, y compris des frères, en cas de refus obstiné de leur part de se convertir à l’islam. Cette dureté se retrouve aujourd’hui dans le comportement des convertis zélés à l’islam, qui coupent souvent tous les ponts avec leurs familles, séparant leurs enfants musulmans des grands-parents « incroyants ».
 

Mahomet et les femmes

 
Mahomet, sitôt après le décès de Khadîdja, a commencé à accumuler les femmes, des dizaines en comptant les concubines. Sa plus jeune épouse a rejoint le harem du « prophète » à cinq ans, l’union étant consommée à neuf. Cette petite Aïcha est réputée l’épouse préférée de Mahomet. Les musulmans pieux n’y voient rien à redire, car tout ce que Mahomet a fait est réputé bon. Il a aussi trouvé à son goût la femme, prénommée Zaynab, de son fils adoptif Zayd ; il lui a donc imposé le divorce, une union avec l’ex-beau-père, et devant la mauvaise humeur probable du fils, a décidé que l’adoption serait interdite aux musulmans. Ce caprice peu édifiant, parmi tant d’autres, a encore des conséquences terribles pour les orphelins dans le monde musulman, qui ne peuvent pas être adoptés, du moins au sens strict. Allah a toujours inspiré au « prophète » des sourates qui ont moralisé son désir du moment.
 
Du fait de cette conception de la femme, bien pire que celle de l’époque, les musulmanes, ou pire encore les non-musulmanes en terre d’islam, subissent un statut très inférieur, dégradant. Saint Vincent de Paul, un temps captif en Afrique du Nord, en avait déduit que les femmes en islam ne participent pas du genre humain. Une non-musulmane en particulier est offerte au viol du fondamentaliste, à l’imitation des actions de Mahomet et de ses compagnons ; ainsi, les désormais fameux viols du nouvel an 2016 à Cologne s’expliquent-ils fort bien dans ce cadre culturel.
 

Mahomet et un adolescent

 
Y aurait-il au moins une éthique sexuelle de base en islam ? Au-delà de la polygynie, d’un âge du mariage tout de même précoce – à neuf ans, nous aurions tendance à parler de pédophilie –, les musulmans assurent que leur croyance condamne fermement l’homosexualité. Dans le Califat évidemment, mais aussi en Arabie saoudite, Iran, Afghanistan, les homosexuels sont condamnés à mort et exécutés. Pourtant, il y a là une hypocrisie fondamentale.
 
Un hadith à la fois connu et peu revendiqué par les musulmans relate une expérience homosexuelle de Mahomet, le 12669 dit hadith Musnad Ahmad. Mahomet a ceinturé par l’arrière et serré contre lui un de ses jeunes et beaux fidèles, Zahid. Ce dernier aurait protesté du caractère mauvais d’un tel acte, et Mahomet aurait répondu qu’être touché par le « prophète », c’est être sanctifié par lui, béni par Allah, et que tous ses actes à lui sont bons de toute façon.
 
Aujourd’hui encore les érudits musulmans disputent de la chose : est-ce un acte bon seulement pour Mahomet, et par exception mauvais pour tous ceux qui voudraient l’imiter ? Est-ce une autorisation de violer les adolescents, mais surtout pas les hommes mûrs ? Ali Sina rappelle que la poésie musulmane, d’expression arabe ou persane, ne cesse depuis tant de siècles de chanter la beauté des éphèbes…
 
Ainsi, le Créateur de l’univers avait-il donc pour souci de satisfaire les caprices sexuels, ou la soif de richesse de Mahomet, justifiant donc au besoin viol et vol ? Cette affirmation n’est pas crédible, et tient de l’extravagance manifeste, avance à juste titre Ali Sina.
 

Des comparaisons éclairantes, et quelques limites de cet exercice

 
Ali Sina développe des comparaisons avec des sectes connues au XXème siècle, et à l’évidence mauvaises. Le pasteur Jim Jones (1931-1978) et son Temple du Peuple, ou David Koresh (1959-1993) et ses Davidiens, ressemblent en effet beaucoup à Mahomet et sa communauté musulmane des premiers temps. Ils cumulent les femmes, parfois fort jeunes, en des quantités impressionnantes. Les fidèles doivent une obéissance absolue, aveugle. Ils sont des Mahomet qui ont échoué. La trajectoire de Jim Jones s’est achevée en un suicide collectif dans le Guyana à Jonestown (soit sa ville, celle de Jones, avec le même mécanisme que Médine), avec 900 morts. David Koresh est mort dans son ranch de Waco, au Texas, en résistant les armes à la main à un assaut de l’armée fédérale ; le suicide collectif n’est pas prouvé, mais très possible ; et aux Etats-Unis les forces de l’ordre ont le droit de se défendre quand on leur tire dessus ; il y a eu un bilan tragique : 82 morts, dont le gourou et surtout 21 enfants.
 
L’auteur n’a pas vu, sinon dans les grandes lignes, que ces chefs fondateurs de sectes ont cherché à imiter, pour le pire, les attitudes de certains patriarches de l’Ancien Testament. Ils ont partagé une dérive judaïsante avec Mahomet. On pourrait discuter de détails qu’il ne voit pas, comme Mahomet en retrait des combats et levant les mains, imitant Moïse (cf. le Livre des Nombres). L’islam est une mauvaise copie du Judaïsme, et cela il le résume fort bien.
 
La méthode comparative est parfois excessive lorsqu’elle tend à réduire toute vision particulière ou élan mystique à des maladies, y compris pour des saints catholiques authentiques. Il ne s’agit que de quelques lignes, mais elles agacent le lecteur, en particulier en ce qui concerne sainte Jeanne d’Arc.
 

Quelles perspectives pour l’Occident ?

 
La psychologie de Mahomet et des musulmans, d’Ali Sina, répond donc vraiment à l’objet indiqué dans le titre. L’auteur avoue s’inquiéter de l’islamisation possible de l’Europe. En effet, les musulmans sont de plus en plus nombreux, du fait de leur natalité et de l’immigration continue. Comme ils ont des convictions fortes, ils peuvent l’emporter sur un Occident mou, qui ne croit plus en rien. Il fixe le seuil de basculement de minorité convaincue s’imposant à une majorité molle à 10 %. Nous y sommes largement en France avec 8 à 10 millions de musulmans, pour 66 millions d’habitants. Aussi l’auteur ose-t-il conseiller aux dirigeants occidentaux d’organiser une remigration massive. Elle n’est pour l’instant pas d’actualité. Une islamisation de l’Occident serait définitive à vue humaine, et une catastrophe pour l’humanité. Nous ne partagerons cependant pas le remède idéologique proposé par l’auteur, à savoir la laïcité combattante. Le vrai remède réside dans la restauration de la chrétienté.
 
La psychologie de Mahomet et des musulmans, Ali Sina, Edition Tatamis, 2015, 490 pages, 22 euros.