fbpx

Trump va-t-il abolir le visa H-1B, cauchemar des diplômés américains ? Un million d’étrangers en profitent selon Goldman Sachs

Trump visa H 1B million diplômés étrangers Goldman Sachs
 
Pendant la campagne présidentielle, Donald Trump avait promis de réformer le visa de travail H-1B, pour limiter la pression de la concurrence migratoire sur la main d’œuvre américaine diplômée. Il serait temps : les statistiques officielles voilent délibérément le nombre de détenteurs de ce visa de travail temporaire ouvrant des emplois qualifiés mais à faible rémunération. Or si les grands médias ont tenté de contrer Trump en affirmant que le gouvernement ne délivre que 85.000 H-1B chaque année, le service des statistiques de Goldman Sachs vient d’estimer leur nombre total actuel à un million. Une façon moins biaisée de présenter la réalité : celle d’un dumping social féroce aux dépens des diplômés autochtones.
 

Dumping social : 1,4 à 1,8 million de diplômés étrangers à faible rémunération

 
Le rapport de février de la grande banque d’investissement américaine ajoute même qu’à cette population considérable, dont la pression a probablement accru la colère électorale et le trumpisme du « petit Blanc » américain, il convient d’ajouter les nombreux autres types de visas qui permettent à des diplômés étrangers de travailler aux Etats-Unis. Le nombre de leurs titulaires s’élèverait à quelque 470.000, selon une étude publiée le 7 mars par l’Economic Policy Institute (EPI), un organisme classé au centre-gauche. En ajoutant le chiffre publié par Goldman Sachs et celui publié par l’EPI, on obtient une population supérieure à 1,4 million de travailleurs légaux étrangers, diplômés à faible rémunération, véritable machine à cash pour les géants de l’économie. Ces travailleurs ne sont ni immigrés, ni citoyens, ni résidants légaux ou travailleurs permanents enregistrés. Cols blancs temporaires, ils privent d’emploi de nombreux Américains, aucun de leurs types de visas n’imposant au recruteur la priorité d’embauche de nationaux.
 
Selon le site Breitbart, cette population de travailleurs étrangers diplômés pourrait même au final atteindre 1,8 million. « C’est un vrai problème pour le président Trump, qui a promis à plusieurs reprises de réformer ce H-1B », commente son chroniqueur Neil Munro. Le candidat républicain avait déclaré : « Je mettrai définitivement un terme au visa d’emploi à faible rémunération H-1B et j’instituerai une obligation absolue de priorité de recrutement d’Américains pour tous les visas d’immigration. Sans exception ». Dans son discours d’investiture, il avait martelé : « Achetons américain, recrutons américain. »
 

Pour l’instant, un simple refus d’augmenter le nombre annuel de visas H-1B, avant la réforme globale promise par Trump

 
A ce jour, le nouveau président n’a pas réformé le H-1B, même si ses conseillers ont bloqué une nouvelle augmentation en urgence du nombre de ces visas, demandée par les grandes entreprises. Ce premier acte de résistance a été posé malgré un lobbying intense des géants de l’économie, parmi lesquels Google, Microsoft et Facebook, fidèles en cela à leur cynisme globaliste et antinational. Le 3 avril prochain, le ministère américain du Travail entamera l’attribution de 85.000 nouveaux visas H-1B, comme prévu par la loi, pas un de plus mais pas un de moins.
 
Pour l’instant, les informations en provenance de la Maison Blanche laissent penser qu’une réforme du H-1B sera liée à une modification en profondeur et bien plus large du système d’immigration familiale, axée autour du principe d’immigration au mérite proposé par Donald Trump durant sa campagne. Il serait temps. Les jeunes diplômés Américains se heurtent massivement, à la sortie de leur université, à la concurrence économique de ces travailleurs étrangers du même niveau universitaire.
 

Goldman Sachs : un million d’étrangers profitent du visa H-1B

 
Or ces Américains, quel que soit leur talent, sont considérablement désavantagés du fait que leurs concurrents étrangers sont prêts à travailler plus longtemps et à des salaires plus bas pour accéder ensuite à un statut permanent (et on n’évoque même pas ici les 8 millions de clandestins installés aux Etats-Unis depuis en deux décennies). Car le gouvernement fédéral promet un bonus pour accéder à la citoyenneté à ces salariés immigrés s’ils parviennent à aligner leurs contrats à durée limitée pendant six à dix ans. La citoyenneté et ses avantages pouvant être accordés simultanément à l’épouse, aux enfants, aux parents, le coût de ce programme atteint plusieurs millions de dollars annuels.
 

Matthieu Lenoir