fbpx

10 milliards manquent à l’impôt sur le revenu : Hollande promet la lune et la relance


 
Le ministère des finances s’était trompé : il manque 10 milliards aux rentrées de l’impôt sur le revenu, prévues pour soixante-quinze. Cela confirme le chômage, la récession et les faillites d’entreprises, mais ça laisse François Hollande de marbre : il promet la relance par une série d’annonces mirobolantes.
La baisse de l’impôt sur le revenu en 2014 a eu deux effet prévus, de moindres recettes et la réduction de l’assiette, et un prévisible, la hausse de la douloureuse pour 37 % des foyers fiscaux, merci pour la classe moyenne.
Plus grave, sur les 10 milliards qui manquent, l’essentiel vient d’une baisse du rendement de l’impôt sur le revenu.
Cela veut dire que de plus en plus de gens ont des difficultés à payer, et surtout que leurs revenus sont moindres qu’estimés.
Et cela confirme le triste état de l’économie française.
Maintenant à quoi est due l’erreur d’appréciation des fonctionnaires de Bercy ?
Avec les socialistes, on ne peut écarter un soupçon d’incompétence, mais 10 milliards ce n’est pas rien : c’est le résultat d’une volonté politique : la réalité doit être conforme à l’idéologie.
Quoi qu’il en soit peu importe.
On ne peut accorder aucun crédit aux prévisions économiques du pouvoir, et en général à tout ce qu’il dit.
On nous dit que l’été 2014 est le plus chaud depuis 1980, on voit bien qu’il ait froid, mais on n’a pas les moyens scientifiques de réfuter les bobards du pouvoir.
François Hollande est passé maître dans l’utilisation du mensonge d’Etat. Il sait très bien que personne ne le croit, mais il parle quand même, il assène sereinement sa propagande. Son principe est clair : on ne change pas une politique qui perd. Il maintient le cap, malgré la détresse des Français et la grogne de sa propre majorité, en admettant officiellement cette fois qu’il ne ramènera pas le déficit budgétaire en dessous de 3 %.
Pour le reste, il va relancer le bâtiment, le pouvoir d’achat, l’investissement, ouvrir les magasins le dimanche, maintenir les conseils généraux, faire baisser les tarifs et raser gratis.
Avec toujours la même imperturbable face grise. Il suffit de le croire et d’attendre, comme pour l’inversion de la courbe du chômage, comme pour la reprise des entreprises.
Cette nouvelle forme de communication exclut bien sûr de parler des vrais menaces qui pèsent sur la France, les frontières ouvertes, l’immigration, l’Europe, le massacre moral et social de l’enseignement, de l’avortement du mariage gay et de la GPA qui s’instaure de fait.
La Pravda de Hollande remplace désormais la réalité.