fbpx

Interdit de brandir la Bible contre la semaine LGBT dans les école anglaises…

Bible semaine LGBT écoles anglaises
 
On savait le monde anglo-saxon très avancé sur la question LGBT. Cet épisode nous fournit une preuve supplémentaire. A Londres, dans un établissement secondaire juif à Redbridge, beaucoup de parents d’élèves se sont mobilisés contre « la diatribe homophobe » de la mère d’une fillette de 6ème. Cette dernière avait osé s’élever, sur Facebook, contre la promotion outrancière, au sein même de l’école, de la semaine LGBT… avec sa Bible !
 

La semaine LGBT dans les écoles anglaises

 
Quand sa fille de 11 ans est revenue à la maison, arborant piteusement un badge arc-en-ciel « KSHS [les initiales de l’école] LGBT week », le sang d’Anna Erickson-Hull n’a fait qu’un tour. Cette mère de trois enfants, 37 ans, a sitôt posté un message virulent sur Facebook.
 
« Vous ne pouvez pas forcer les enfants à porter cette saleté »… « Ce n’est pas la semaine lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre, chez moi ! » « Nous servirons le Seigneur comme d’habitude, en ne favorisant pas le péché comme le fait KSHS, vous pouvez garder votre badge d’abomination. »
 
Elle cita même les bien connus versets aux Corinthiens : « Ne savez-vous pas que des injustes n’hériteront pas du Royaume de Dieu ? Ne vous abusez pas ! Ni impudiques, ni idolâtres, ni dépravés, ni gens de mœurs infâmes, ni voleurs, ni cupides, pas plus qu’ivrognes, insulteurs ou rapaces n’hériteront du Royaume de Dieu ».
 

La vérité de la Bible ne doit être celle de personne

 
Mais on n’invoque pas la Bible, impunément, aujourd’hui. Le message d’Anna Erickson-Hull a peut-être reçu un nombre important de soutiens, mais ses contradicteurs fournirent une plus grande majorité, pour « diffuser le message de la tolérance »…
 
La fronde sociale et médiatique a suivi, inéluctablement. Le profil de Facebook de la mère a été pris d’assaut – on n’imagine pas sa fille à l’école. Le DailyMail a révélé qu’elle soutenait des « groupes chrétiens extrêmes » sur les réseaux sociaux, comme « Abolir l’avortement humain », « La Bible est contre l’homosexualité » et « I love Jésus-Christ »…
 
« Extrêmes » ?! Mais c’est l’enseignement de la Bible, celui de la doctrine chrétienne catholique millénaire… ! La Vérité n’a décidément plus voix au chapitre. Les fouineurs sont même allés chercher du côté de son frère, pasteur de son état, qui a diffusé sur YouTube des vidéos où il affirmait que le mariage homosexuel était une abomination…

Liberté, égalité, fierté, droits… la « Grande-Bretagne moderne »

 
L’épisode ne manquait pourtant pas… d’extrémisme. Pendant cette belle semaine de propagande, tous les enfants, à partir de 11 ans, ont reçu un badge et avaient obligation de le porter, sans quoi, ils devaient rester assis dans la classe sans pouvoir quitter l’école…
 
Tous étaient invités à arborer des vêtements couleur arc-en-ciel. Et à verser des subsides à l’association caritative Terrence Higgins Trust, de lutte contre le VIH/Sida (parce qu’il y a un rapport finalement ?…)
 
Quant au professeur principal adjoint, il s’est déclaré « enchanté » par la réponse de ses élèves. « Ils ont adopté une approche tellement mature et se sont rassemblés d’une manière vraiment admirable », qu’il soient « de différentes races, religions et orientations sexuelles »… Un accord sans fausse note avec les « valeurs britanniques » inspirées par le gouvernement !
 
« En tant qu’école, nous avons le devoir de préparer nos élèves à la vie en Grande-Bretagne moderne » a-t-il merveilleusement conclu. On avait compris…
 

Une intolérante célébration

 
Le chef de « Christian Concern », une association chrétienne anglaise qui cherche à introduire une voix chrétienne dans les lois et les médias, a déclaré:
« Nous devons nous réveiller et réaliser à quel point l’ordre du jour LGBT est imposé de manière flagrante sur les enfants dans les écoles. Il est promu comme la tolérance, mais cet incident met en lumière la façon dont il est en fait vraiment intolérant. Les enfants sont encouragés non seulement à accepter, mais à célébrer le comportement sexuel qui est contraire à l’enseignement biblique. Comment est-ce compatible avec la liberté de religion ? »
 
L’auto-suggestion que renferme aussi cette propagande promet un avenir sombre pour ces enfants dont l’équilibre sexué est véritablement fragilisé et mis à l’épreuve. Un article de Marie-Claire publiait encore hier, un article sur « le plus jeune enfant transgenre de France suivi par des médecins »… Le trouble de l’identité, la prétendue « dysphorie de genre » se veut une machine de guerre.
 

Clémentine Jallais