fbpx

Après les Bonnets rouges, Christian Troadec en route pour la présidentielle

Bonnets rouges Troadec présidentielle

Christian Troadec, maire divers gauche de Carhaix et ancien porte-parole des Bonnets rouges, a annoncé sa candidature pour l’élection présidentielle.


 
Il y a une vie politique après les Bonnets rouges. Christian Troadec, l’un de leurs chefs de file, avait déjà tenté sa chance aux dernières élections régionales, en Bretagne, où il n’a récolté que 6,71 % des voix au premier tour. Cela ne l’empêche pas de remettre ça : vendredi, il a annoncé avoir décidé de présenter sa candidature pour l’élection présidentielle.
 
Le maire divers gauche de Carhaix et ancien porte-parole des Bonnets rouges, qui avaient notamment fait parler d’eux en s’opposant aux fameux portiques écotaxe, a annoncé ce vendredi sa candidature à l’élection présidentielle. Christian Troadec l’affirme, il sera un « candidat régionaliste ». Pas question donc pour lui de participer à une primaire qui le contraindrait à cohabiter avec ceux qu’il a combattus…
 

Après les Bonnets rouges, Christian Troadec envisage la vie politique

 
« Le bilan politique de cette période est vide de toute initiative valable pour réformer l’Etat jacobin, centralisé depuis Paris, qui enferme le pays dans les schémas du siècle dernier et ne permet en rien de trouver des solutions pour lutter contre le chômage », a-t-il expliqué dans un communiqué. Egalement co-fondateur du festival des Vieilles Charrues, l’homme ajoute qu’« Il y a urgence à faire émerger une force politique qui remette en cause le centralisme et propose une véritable régionalisation ». « C’est le sens de ma candidature », conclut-il.
 
Même s’il a peu de chances réelles d’être élu, Christian Troadec estime pouvoir, dans cet exercice, faire progresser ces idées. « J’ai multiplié les contacts et j’ai reçu le soutien et les encouragements de différentes personnalités et d’organisations politiques dans plusieurs régions de France, assure le désormais candidat. Cette démarche collective se met en place dans l’hexagone et dans les territoires d’outre-mer. »
 

En route pour la présidentielle

 
De fait, Christian Troadec est entré en relation avec la fédération des partis politiques régionalistes ou autonomistes « Régions et Peuples solidaires ». Il lui reste désormais à « récolter rapidement les cinq cents signatures d’élus » nécessaires pour se présenter au scrutin, dont il aurait d’ores et déjà « une centaine ».
 
Lorsqu’on l’interroge sur le caractère réducteur, si l’on peut dire, du point de vue régional, Christian Troadec répond clairement : « Le sursaut de la France ne peut passer que par ceux qui font marcher ses territoires. Regardez l’Allemagne et ses Länder, l’Espagne et la Catalogne ou encore le Royaume-Uni qui a laissé à l’Ecosse la liberté de s’exprimer. Mon programme offrira l’opportunité aux régions d’avoir une autonomie fiscale, de pouvoir développer leurs viviers d’emplois, et ainsi lutter contre le chômage. »
 
Le fossé qui se creuse chaque jour davantage entre le peuple et ses élites politiques semble lui donner raison.
 

François le Luc