fbpx

Chine : les autorités communistes interdisent aux musulmans ouïghours de faire le ramadan

Chine autorites communistes interdit interdiction musulmans ouighours ramadan
 
Les autorités communistes chinoises ont fortement restreint les possibilités d’observer le « jeûne » du ramadan pour les fonctionnaires, étudiants ou professeurs musulmans ouïghours de la région musulmane du Xinjiang. Divers sites gouvernementaux ont par exemple interdit la fermeture des restaurants pendant la journée. Le site de l’Administration de l’alimentation et des médicaments du canton de Jinghen au Xinjiang, précise ainsi que « les services de restauration ouvriront aux heures normales de fonctionnement durant le ramadan » – ordre du pouvoir communiste athée central !
 

Les autorités communistes interdisent aux musulmans de jeûner ou de prier pendant le ramadan

 
Si les fonctionnaires, étudiants et professeurs sont particulièrement visés, c’est parce qu’ils ont l’interdiction de prendre part aux diverses prières traditionnelles associés au mois du ramadan.
 
« Durant le ramadan, ne jeûnez pas, ne participez pas à des veillées ou à d’autres activités religieuses », ordonne une note adressée aux fonctionnaires sur un site gouvernemental du Xinjiang. Et les musulmans n’auront pas intérêt à tricher : des inspections se dérouleront pour « assurer la stabilité sociale » selon les mêmes sites officiels des autorités communistes chinoises.
 
Mêmes consignes pour les écoliers. Le bureau d’éducation de la ville de Tacheng a ordonné aux écoles de communiquer aux élèves l’interdiction suivante : « Pendant le ramadan, les élèves de la minorité ethnique ne jeûnent pas, n’entrent pas dans les mosquées et ne participent pas aux activités religieuses. » D’autres écoles ont reçu les mêmes consignes ailleurs dans la région.
 

Les communistes chinois contre les ouïghours, mais également contre les chrétiens en Chine

 
Dilxat Rexit, porte-parole du Congrès mondial ouïghour, une organisation basée en Allemagne et considérée par Pékin comme « séparatiste », a jugé que cette « provocation » des autorités chinoises ne pourrait déboucher que sur davantage de troubles et de tensions. Les associations locales dénoncent souvent les restrictions imposées par les autorités communistes sur les musulmans, sources de tensions dans la région qui ont menées à la mort de plusieurs centaines de personnes ces dernières années.
 
Les chrétiens chinois subissent des persécutions très similaires de la part des autorités chinoises – mais sans que des centaines de personnes y perdent la vie en retour…
 
Les Ouïghours se plaignent d’une tentative de destruction de leur culture, tandis que les autorités chinoises brandissent la menace terroriste pour se justifier. C’est par ce biais qu’elles justifient une stratégie de répression implacable contre les militants ouïghours, comme contre tous les croyants du pays.
 

Béatrice Romée