fbpx

La Chine veut soumettre les candidats au gaokao à un examen sur les « valeurs socialistes fondamentales »

Chine gaokao examen valeurs socialistes fondamentales

Les étudiants chinois passent des examens très régulièrement, mais le gaokao est considéré comme le plus important.


 
Un responsable du ministère de l’Education de la Chine a avancé l’idée que le gaokao, l’examen national de fin d’études secondaires, puisse bientôt contenir des questions sur les « valeurs socialistes fondamentales ». C’est donc tout à fait explicitement que les candidats seraient désormais interrogés sur leur conformisme idéologique aux principes communistes et au socialisme chinois – un communisme athée, faut-il le rappeler.
 
C’est un véritable effort d’éducation que réclame Jiang Gang, directeur de l’Autorité des examens de l’Education nationale, un office qui dépend du ministère, dans un texte évoqué jeudi par le Guangzhou Daily. Education… ou plutôt un endoctrinement systématique et renforcé.
 

Endoctrinement renforcé pour les candidats au gaokao

 
Le texte, paru dans le bihebdomadaire China Higher Education, propose d’utiliser les matières comme le chinois et la politique, les plus aptes à permettre la vérification de la bonne connaissance de ces « valeurs socialistes fondamentales » : elles peuvent « faire pénétrer l’éducation aux valeurs socialistes fondamentales dans les questions des examens afin d’améliorer le jugement » des élèves et « renforcer la foi aux idéaux du socialisme aux caractéristiques chinoises ».
 
Le recours à un langage quasi religieux – où la « foi » n’est plus l’adhésion à une vérité surnaturelle révélées par Dieu lui-même, mais une confiance aveugle en un système politique aux promesses messianiques – est de plus en plus présent dans le discours officiel des responsables communistes chinois.
 

En Chine, l’examen de fin d’année vérifiera l’adhésion aux « valeurs socialistes fondamentales »

 
L’article de Jiang Gang propose des modalités concrètes pour tester les connaissances des élèves en matière de valeurs socialistes fondamentales mais aussi de l’« état de droit » et de la culture chinoise traditionnelle.
 
Ainsi, les examens de géologie devraient-ils conduire les élèves à se concentrer sur les « problèmes géologiques majeurs » liés aux efforts de modernisation de la Chine, alors que les questions d’histoire serviraient à « démontrer la supériorité de l’état de droit socialiste de la Chine ».
 
Les propositions de Jiang Gang s’inscrivent dans la perspective d’une refonte du gaokao, annoncée par le gouvernement pour 2020.
 

Anne Dolhein