fbpx

COMEDIE Place publique ♥♥


 
Place publique est une comédie française. C’est la énième production du célèbre tandem Jaoui-Bacri, pas totalement dénué talent, mais souvent accusé, et pas forcément à tort, de beaucoup se répéter. Place publique a été dénoncé souvent et vigoureusement par des critiques bienpensants, mettant en avant des critères artistiques. Or, il se trouve que Place publique est en fait assez drôle, et de bout en bout. Le sujet est aussi original. Le film propose précisément une satire de la gauche bourgeoise bienpensante, et ces critiques ont manifestement pu se sentir visés, eux ou leurs amis. La critique donnée par l’Obs est à ce titre un sommet de comique involontaire.
 

Place publique, une satire aussi juste que réjouissante

 
Place publique est une comédie-chorale, qui repose sur un grand nombre de personnages qui interagissent. Elle est véritablement écrite comme une pièce de théâtre, avec une unité de lieu. Tous les personnages se rencontrent à l’occasion d’une fête donnée pour l’installation dans un petit château, avec un grand parc dans la campagne d’Ile-de-France, d’une grande productrice de télévision parisienne. On l’ignore souvent, mais il y a moyen de faire fortune dans ce domaine. Elle vend ses émissions à des chaînes de télévision. Elle a donc invité ses nombreux employés et amis. Se distingue particulièrement l’animateur-vedette Castro (Jean-Pierre Bacri). Il présente une émission portant sur la vie privée des « stars », ou réputées telles ; il serait expert dans l’art de leur faire dire, devant les caméras, plus qu’elles ne le voudraient, jusqu’à des choses très intimes. Ce talent ravirait ses téléspectatrices, le troisième et le quatrième âge féminin. Pourtant, il voit son poste menacé, la chaîne traversant une phase de « jeunisme », et voulant pousser à la retraite les présentateurs sexagénaires. L’intéressé le prend mal. Il refuse son âge et correspond assez à une génération de soixante-huitards qui s’est voulue plongée dans la jeunesse éternelle et qui finit rattrapée malgré tout par l’âge.
 
Jean-Pierre Bacri est certes dans son rôle de bougon habituelle, mais il le développe logiquement jusqu’à la franche misanthropie, variation intéressante et pertinente. Suivant le modèle de Molière, le misanthrope, en apparence d’un cynisme insupportable confinant ici au darwinisme social, démonte toute l’hypocrisie de la société, ici la bonne conscience de gauche. La femme qui prétend, avec ses sempiternelles pétitions, sauver le monde entier, en oublie de faire à manger à ses enfants…
 
Certes tout ceci se déroule dans un monde particulier, que l’on ne fréquente pas. Mais la satire proposée dans Place publique est aussi juste que réjouissante.
 

Hector JOVIEN