fbpx

Au Danemark, la radicalisation des musulmans révèle l’échec complet de l’intégration

Danemark radicalisation musulmans echec complet integration
 
Une nouvelle étude menée au Danemark révèle que les trois-quarts des musulmans qui vivent dans le pays se sont significativement radicalisés en seulement dix ans. Le mythe de l’intégration vole en éclats : plus le temps passe et moins les jeunes musulmans sont intégrés au pays d’accueil. L’échec est total.
 
Sur 10 musulmans danois, 4 considèrent désormais que la charia devrait inspirer la rédaction des lois danoises. 11,3% pensent que les lois devraient être intégralement remplacées par la charia, 26,5% pensent qu’il faudrait trouver un équilibre entre les deux et que seuls certains aspects de la loi devraient reposer sur les textes islamiques.
 

37,8% des musulmans voudraient que le système juridique du Danemark soit inspiré du Coran

 
C’est par exemple l’avis de l’imam Radwan Mansour de la mosquée de la Paix, à Aarhus (Jutland) : « Si le Danemark était un pays musulman, alors il faudrait que le Coran [constitue la loi]. Mais le Danemark n’est pas un pays musulman – ce n’est pas nous qui décidons – je pense donc que la loi danoise devrait être établie à la fois à partir du Coran et de la constitution. »
 
En définitive, 37,8% des musulmans pensent que le système juridique devrait être islamique, au moins partiellement.
 
La radicalisation a de quoi inquiéter. En 2006, 66% des musulmans affirmaient que « les commandements du Coran doivent être suivies intégralement ». Aujourd’hui, ils sont 77%. Y compris les appels à la violence, donc…
 
Les mariages « mixtes » sont également le signe d’une intégration réussie : une faible minorité accepterait aujourd’hui qu’une fille musulmane se marie avec un non-musulman, tandis que 74% d’entre eux seraient ravis qu’un de leurs fils épouse une femme non-musulmane.
 

La radicalisation des jeunes musulmans révèle l’échec complet de l’intégration au Danemark

 
La pratique de la religion s’intensifie également et les jeunes générations sont bien plus assidues que les précédentes : plus de la moitié d’entre eux font leurs cinq prières par jour et refusent toute réforme de l’islam.
 
Pour le sociologue Brian Arly Jacobsen de l’Université de Copenhague, la découverte est étonnante : « Il semblerait que les musulmans danois soient devenus plus religieux dans tous les domaines, aussi bien en termes de foi que de pratique. Normalement, nous nous attendions à ce que l’inverse se produise, et qu’ils finissent par ressembler au reste des Danois, qui ne sont pas particulièrement religieux », explique-t-il, découvrant l’échec cuisant de l’intégration.
 

Béatrice Romée