fbpx

Etats-Unis – Donald Trump veut une amnistie pour les 800.000 immigrés illégaux du programme DACA

Donald Trump amnistie DACA immigrés illégaux Etats Unis
 
Lors d’une rencontre avec des membres démocrates et républicains du Congrès mercredi, le président des États-Unis Donald Trump a semblé prêt à revenir sur sa promesse de campagne qui était de ne pas promulguer d’amnistie en faveur des quelque 800.000 immigrés illégaux couverts par le programme DACA. Le 5 septembre, le Procureur général Jeff Sessions annonçait pour dans 6 mois la fin de ce programme, mis en place par le président Barack Obama pour légaliser temporairement, malgré l’opposition du Congrès, la présence des immigrés arrivés illégalement avec leur famille avant l’âge de 18 ans. Donald Trump signalait alors que la balle était dans le camp du Congrès, à charge pour lui de régler la situation de ces 800.000 illégaux.
 

Le président des États-Unis demande au Congrès d’agir pour les immigrés illégaux du programme DACA

 
Les électeurs qui ont voté pour Donald Trump afin qu’il réduise l’immigration illégale et libère des emplois pour les Américains ne seront pas ravis d’apprendre que le président Trump ne souhaite pas forcément lier une loi d’amnistie avec des dispositions concernant l’extension et le renforcement du fameux mur à la frontière avec le Mexique. Pour aller plus vite et parce que cette dernière mesure suscite une vive réprobation chez les Démocrates, Donald Trump aurait accepté, d’après le journal The Hill basé à Washington, le principe de deux lois séparées. Ceci pourrait en revanche lui valoir l’opposition de l’aile droite du parti républicain. Donald Trump aurait en revanche évoqué l’idée de lier l’amnistie à des dispositions actuellement proposées dans un projet de loi républicain pour diviser l’immigration légale par deux sur dix ans, ce qui est inacceptable pour nombre de Démocrates.
 

L’administration de Donald Trump noyautée par les partisans d’une loi d’amnistie

 
De son côté, le président de la Chambre des représentants Paul Ryan, un Républicain, n’exclut pas lui non plus l’idée d’une amnistie complète en faveur des immigrés illégaux du programme DACA. La veille du recul de Donald Trump sur les immigrés illégaux, le directeur des Affaires législatives de la Maison Blanche, Marc Short, avait quant à lui évoqué l’idée d’échanger une amnistie (que voudraient les Démocrates) contre des réductions d’impôts (souhaitées par les Républicains). Petite parenthèse tirée de Breitbart News : lors des primaires du Parti républicain, quand Donald Trump avançait son programme « L’Amérique d’abord », Short faisait campagne contre l’actuel président des Etats-Unis et soutenait le sénateur Marco Rubio qui avait assisté l’auteur d’un projet de loi d’amnistie dont le but était de permettre à des millions d’immigrés illégaux d’obtenir la nationalité américaine.
 

La proposition d’amnistie vécue comme une trahison du programme électoral de Donald Trump

 
Toute idée d’amnistie pour les immigrés illégaux, même s’ils ont été amenés par leur famille alors qu’ils étaient encore mineurs, soulève un tollé chez les partisans du programme présidentiel de Donald Trump, sachant que le départ de ceux que les grands médias appellent les Dreamers (les rêveurs, un nom qui est en fait tiré du sigle d’un projet de loi que le Congrès a toujours refusé d’adopter) libérerait environ 700.000 emplois pour les travailleurs américains. Une amnistie conduirait au contraire à faire accepter l’installation définitive, dans le cadre du regroupement familial, d’entre deux et quatre millions de nouveaux immigrés sur le sol américain, sans parler de l’appel d’air qui s’ensuivrait immanquablement.
 
Une amnistie ferait par contre plaisir au pape François qui affirmait lors de son vol de retour de Colombie que si Donald Trump est pro-vie, il ne peut séparer des familles et couper les immigrés illégaux de leurs racines en les renvoyant chez eux (« S’il est un brave pro-vie, il comprend que la famille est le berceau de la vie et qu’il faut en défendre l’unité »). La réponse lui est toutefois donnée par le Secrétaire d’Etat du Kansas : puisque ces bénéficiaires du programme DACA sont arrivés illégalement aux Etats-Unis avec leurs parents, c’est toute la famille qu’il faut rapatrier dans son pays d’origine.
 
Ainsi, la loi sera respectée, l’unité des familles préservée et le lien aux racines des immigrés illégaux renoué. Que demande le peuple ?
 

Olivier Bault