fbpx

Une école « New Age » sans discipline jugée « bonne » par l’Ofsted en Grande-Bretagne

Une école « New Age » sans discipline jugée « bonne » par l’Ofsted en Grande-Bretagne
 
L’Ofsted, l’organisme britannique qui organise les inspections des établissements scolaires vient de juger « bonne » une école qui s’inspire du New Age et refuse toute discipline pour ses 355 élèves âgés de 4 à 11 ans.
 
L’école primaire de Barrowford, dans le Lancashire, avait fait la une de la presse l’année dernière après avoir envoyé une lettre aux élèves, leur demandant de refuser les examens. La lettre expliquait à ces enfants de 6 ans qu’un examen était nuisible puisque chaque élève était « spécial et unique ».
 
La lettre insistait : « Nous sommes préoccupés par le fait que ces tests n’évaluent pas toujours tout ce qui rend chacun de vous spécial et unique. Les personnes qui créent ces tests et celles qui les corrigent ne connaissent pas chacun d’entre vous (…) Ils ne savent pas que vos amis comptent sur vous ou que votre rire peut illuminer la journée le plus morne… Ils ne savent pas que vous avez voyagé dans un endroit superbe et que vous pouvez raconter de grandes histoires… Profitez donc de vos résultats et soyez fiers d’eux mais n’oubliez pas qu’il y a différentes manières d’être intelligent. »
 

Une école sans discipline, qui refuse les examens parce que les élèves sont « uniques »

 
La lettre avait étonné, mais les choses sont désormais claires : l’école n’a absolument aucune politique disciplinaire, elle a préféré adopté des techniques « New Age » avec lesquelles les enfants ne sont pas « jugés ». L’Ofsted a trouvé que l’école était « bonne »…
 
Dans cette école primaire, les enfants ne sont jamais vilains, « il faut simplement leur expliquer qu’ils ont fait un mauvais choix » précise le règlement.
 
Les élèves y sont encouragés à terminer une dispute en affirmant à son adversaire qu’il a « vidé nos capacités de résistance ». Impossible également pour les professeurs de sévir contre des élèves ingérables, il faut simplement leur dire que leur comportement a des conséquences sur le « bien-être émotionnel » de leur professeur…
 
Impossible, encore, d’envoyer un élève dans une classe voisine sans lui avoir dit auparavant qu’il est un être merveilleux…
 

Une école sans discipline jugée « bonne » en Grande-Bretagne, malgré l’absence de repères

 
La directrice Rachel Tomlinson admet que la démarche est « extrême » mais insiste pour dire qu’elle est bonne pour les enfants : « Il est important que les élèves se voient eux-mêmes comme intrinsèquement bons et se construisent avec une bonne estime d’eux-mêmes », affirme-t-elle.
 
Pour l’Ofsted, l’école remplit ses exigences d’éducation. Elle a obtenu la mention « bien », qui signifie que l’école est « efficace dans un enseignement qui répond aux besoins de tous ses élèves. Les élèves sont bien préparés pour l’étape suivante de leur éducation, que ce soit la formation ou l’emploi ». Difficile pourtant d’imaginer un enfant supportant de recevoir des ordres et d’être jugés sur son efficacité après une école pareille …
 
Evidemment, l’école a supprimé tous « bons points », récompenses ou médailles pour les élèves, arguant que ces derniers doivent apprendre « parce que c’est la meilleure chose à faire » et non pour obtenir une récompense… Haro sur le mérite donc.
 
Autre fantaisie : ce sont les élèves et leurs professeurs qui décident quand faire les pauses, rien n’est imposé. A quatre ans, c’est la meilleure chose à faire pour trouver l’équilibre, aucun doute.
 

L’Ofsted félicite une école New Age et en ferme une autre qu’elle juge « fanatique »

 
Chris McGovern, un enseignant de longue date et ancien inspecteur de l’Ofsted a commenté les méthodes de l’école : « Ils sont bien intentionnés mais ils se trompent – c’est la recette qui mène au chaos. Les enfants ont besoin de frontières, ils préfèrent la clarté et veulent des punitions pour les voyous. »
 
Les félicitations de l’Ofsted sont en contradiction flagrante avec sa récente décision de fermer l’école libre de Durham après que les élèves y avaient mentionné le terrorisme quand on leur avait parlé de l’islam… La liberté des élèves a des limites, quand même !
 

Béatrice Romée