fbpx

L’Europe au menu du dîner de Tallinn

Europe menu dîner Tallinn
 
Les dirigeants européens se sont retrouvés vendredi à Tallinn, en Estonie, pour un sommet « numérique », qui a également relancé la question de l’avenir de l’Union européenne au lendemain du discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne.
 
Jeudi, au cours d’un dîner informel d’ouverture, il a beaucoup été question de la proposition du président français en faveur d’une Union à plusieurs vitesses, emmenée par le couple franco-allemand.
 
Désormais privée du Royaume-Uni – même si Theresa May assiste toujours, pour l’heure, aux sommets européens –, Angela Merkel a paru vouloir soutenir cette idée qui, loin d’être neuve, a ses faveurs depuis longtemps. « Je vois (…) dans le discours du président une bonne base afin de continuer à travailler de façon intensive entre l’Allemagne et la France », a déclaré le chancelier allemand.
 
Paris a estimé de son côté que ce dîner avait permis de « franchir une nouvelle étape » vers la refonte de l’Union européenne, grâce notamment à un « fort alignement » entre la France et l’Allemagne.
 
Emmanuel Macron a d’ailleurs fait état d’un « consensus commun » des dirigeants européens sur cette question. On se demande ce que serait un consensus qui ne serait pas « commun »…
 
L’accélération européenne que le président français appelle de ses vœux permettra, en effet, selon lui, d’obtenir « plus de souveraineté, plus d’unité et plus de démocratie ». En pratique, on ne sait pas de quoi il parle.
 
… Et certains de ses collègues non plus, manifestement. « Diviser l’Europe en petits groupes est une erreur et ne mène qu’à sa destruction », a déclaré, critique, le premier ministre polonaise, Beata Szydlo. « Attention à éviter les mirages dans le désert », a renchéri Dalia Grybauskaite, la présidente lituanienne. Mais si Emmanuel Macron avait conscience d’être dans un désert, son rêve disparaîtrait…