fbpx

Le gouvernement britannique veut mettre les femmes au travail

gouvernement britannique femmes au travail
 
Des centaines de milliers de mères au foyer vont être encouragées à retourner au travail avec le nouveau plan de réforme de la « protection de l’enfance » (sic) du gouvernement britannique. Le chancelier de l’Echiquier George Osborne veut voir près de 500.000 femmes de plus employées avant le début de l’année 2016, ce qui alignerait le taux de femmes britanniques au travail sur celui de l’Allemagne.
 
Il a affirmé que le gouvernement allait « soutenir les femmes qui veulent travailler » afin qu’elles « jouent un rôle plus grand encore dans l’économie », fier de prévoir que le Royaume-Uni aurait bientôt le plus fort taux au monde de femmes au travail.
 
Un désir de suprématie que le gouvernement Français partage puisque sa politique familiale tend elle aussi à éclater les familles en contraignant les mères à travailler. Des coupes y ont été prévues dans les allocations familiales, la réduction de l’avantage fiscal du quotient familial est déjà en place et la réduction du congé parental pour les mères votée.
 

Les « aides » du gouvernement britannique contre la famille

 
Le Royaume-Uni usera lui aussi de divers moyens, parmi lesquels la construction massive de crèches subventionnées, pour augmenter le rythme du retour précoce des mères après leur accouchement. Une aide gouvernementale sera mise en place pour aider les femmes qui veulent devenir gardes d’enfants ou monter une entreprise de crèche. La diminution des aides directes aux familles qui a déjà eu lieu l’an dernier a frappé de plein fouet les classes moyennes et a provoqué la colère des mères au foyer contraintes de chercher du travail.
 

Les femmes au foyer travaillent !

 
Laura Perrins, figure de proue de la campagne « Les mères au foyer sont importantes », a exprimé la colère de cette association : « Si le travail rémunéré est considéré comme le seul moyen d’apporter sa contribution à la société, c’est une stigmatisation pure et simple des mères au foyer. Osborne se refuse à comprendre que les mères qui s’occupent de leurs enfants travaillent. Elles s’occupent de leurs enfants, précisément. »