fbpx

L’instruction en vue de faire ouvrir une cause pour la béatification de G.K. Chesterton approche de sa conclusion

instruction cause béatification GK Chesterton conclusion
 
L’immense polémiste, romancier, poète, essayiste (et dessinateur !) anglais, Gilbert Keith Chesterton, un converti de l’intelligence, pourrait-on dire, à la religion catholique, va-t-il être proposé à la vénération des fidèles ?
 
Selon Dale Ahlquist, président de l’American Chesterton Society, la décision romaine sur l’ouverture du procès en béatification est proche puisque l’enquête est quasiment bouclée. Il répondait à une interview de Catholic News Agency.
 
Le rapport sur l’investigation menée par le chanoine John Udris devrait être achevé cet été, puis transmise à Mgr Peter Doyle, évêque de Northampton, qui devra ensuite le transmettre au Vatican, avec une probable réponse à l’automne.
 
Chesterton avait un immense amour de la vérité et de la raison véritable qui l’ont mis sur le chemin de la foi catholique à laquelle il a adhéré en 1922, quatorze ans avant sa mort. Mais cette recherche du vrai et du bien a marqué toute son œuvre.
 
L’œuvre suffit-elle à décréter l’héroïcité des vertus ? Si celle-ci est reconnue, ce sera forcément aussi pour la vie personnelle de cet artiste. On peut simplement dire pour l’heure que la dévotion personnelle envers « GKC » est un phénomène qui va croissant.
 
Il est vrai que notre époque aurait besoin d’un homme comme lui pour dénoncer, dans un immense éclat de rire et de colère, ses égarements sans nombre. Chesterton savait déjà au début du siècle dernier qu’un jour, on tirerait l’épée « pour prouver que les feuilles sont vertes en été ».