fbpx

Utiliser l’intelligence artificielle pour décoder le langage animal et « traduire » ce que les animaux disent de nous

intelligence artificielle décoder langage animal traduire animaux
 
On sait, non pas où ils vont arriver, mais d’où ils partent. « Ils », ce sont deux des plus importants développeurs de réseaux sociaux devenus chercheurs pour faire avancer la connaissance du langage des animaux, et leur présupposé est celui-ci : que les codes de communication des bêtes sont comparables aux nôtres, et qu’ils sont donc théoriquement compréhensibles par nous. Autrement dit : le langage ne serait plus l’apanage de l’homme, animal raisonnable, mais une faculté que nous partageons avec les autres espèces animales. C’est avant tout une négation de la nature humaine. En prétendant utiliser l’intelligence artificielle (AI) pour « traduire » ce que les animaux disent de nous – tel est leur objectif – les deux spécialistes de l’ingénierie informatique cherchent manifestement à brouiller encore davantage les frontières.
 
Aza Raskin est connu pour avoir conçu des logiciels et des outils techniques omniprésents dans le monde de l’Internet, notamment dans le domaine des réseaux sociaux et dans la conception de Mozilla Firefox. Britt Selvitelle est l’ingénieur fondateur de Twitter.
 

Si les animaux pouvaient parler : décoder les éléphants pour changer le comportement humain

 
Au départ, leur travail repose sur l’analyse de 70 langues humaines qui leur a permis de constater qu’elles obéissent toutes à une « forme » universelle, de telle sorte qu’un ordinateur pourra désormais les traduire, les unes vers les autres, sans en avoir ni la connaissance, ni la compréhension : un algorithme qu’ils ont produit en octobre dernier. C’est un pouvoir qui risque de se révéler au demeurant limité, si l’on en juge par le charabia produit par les traducteurs automatiques existants, fussent-ils lardés d’intelligence artificielle.
 
Aujourd’hui, Raskin et Selvitelle sont en train de constituer des bases de données similaires pour analyser les communications animales de plusieurs espèces, dont par exemple les baleines, les singes les éléphants. Aux 50.000 heures d’enregistrements de baleines à bosse déjà récupérés, ils envisagent ainsi d’ajouter ceux d’éléphants du Congo, en installant dès le mois de décembre un gigantesque réseau de microphones là où lesdits mammifères ont l’un de leurs principaux lieux de rassemblement. Big Brother chez Babar ? C’est un peu ça, mais on doute pour autant que les intéressés puissent s’en émouvoir dans quelque éléphantesque 1984.
 
A partir de tout ce matériau, les chercheurs espèrent créer une sorte de pierre de Rosette des temps modernes au moyen de l’intelligence artificielle afin de décoder et de traduire les propos de nos amies les bêtes.
 

L’intelligence artificielle décodera le langage animal selon des codes anthropomorphiques

 
Spécialiste de logiciels de langue, Aza Raskin prévoit déjà des applications pratiques : « Imaginez que nous puissions traduire ce que dit un éléphant ou un orque disant : “Stop !”, ou “Vous nous faites mal !” » Il y voit d’infinies possibilité pour le système judiciaire – gare aux procès – et pour « la manière dont nous nous acquittons de notre rôle de gardien de cette minuscule petite bille bleu pâle que nous considérons comme notre chez nous ».

 
Il va sans dire que les chercheurs ont un a priori très précis : Raskin, par exemple, est le cofondateur du centre le Centre for Humane Technology, ou avec d’autres ingénieurs de premier plan mais peu connus, on fait campagne pour une industrie plus « responsable » en vue de protéger les êtres humains des dommages liés à Internet. Cela va plus loin puisqu’il veut promouvoir, le plus vite possible, « l’empathie » à l’égard des animaux afin d’éviter d’avoir à vivre bientôt dans un monde « post-nature ».
 

Les objectifs politiques de ceux qui veulent traduire le langage des animaux

 
Il s’explique : « Chaque fois qu’un progrès majeur est accompli dans le domaine des droits, qu’il s’agisse de droits civils, de droits humains ou de droit LGBT, il trouve sa source dans le fait d’avoir donné une voix à un groupe qui n’avait pas de voix. » Il est donc politiquement intéressant d’attribuer un mode d’expression compréhensible aux animaux, lourdement chargés d’a priori anthropomorphiques. Après l’antiracisme et l’anti-sexisme, l’antispécisme affûte ses armes.
 
Les experts du langage prédisent depuis quelque temps déjà la capacité de l’intelligence artificielle à réussir la traduction du langage animal vers le langage humain (et, pourquoi pas, l’inverse ?).
 
Ce sera un domaine à surveiller de vraiment très près, tant des vérités fondamentales sont en jeu, ou disons-le plus exactement, attaquées. Le langage humain, aux nuances infinies, aux registres nombreux, moyen de communication riche, outil de pensée, de raisonnement et d’abstraction, ne se borne pas à faire part de ressentis comme le fait manifestement l’expression animale. La Genèse nous apprend qu’il s’agit d’un don de Dieu. Le réduire au rang d’un aboiement, d’un barrissement ou d’un chant (de baleine), relève aussi d’une entreprise de dépréciation du Créateur et de l’homme fait à son image et à sa ressemblance.
 

Jeanne Smits