fbpx

Israël-Etats-Unis : Benjamin Netanyahu critique l’accord sur le nucléaire avec l’Iran devant le Congrès

Israel Etats-Unis Benjamin Netanyahu accord nucleaire Iran Congres
 
L’allocution du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devant le Congrès américain, à l’invitation du président républicain de la chambre des représentants John Boehner, aura été à la hauteur des attentes de ceux qui prévoyaient une vive manifestation d’hostilité à l’égard de la politique iranienne des Etats-Unis. Montrant sa colère à l’égard de l’accord qui se dessine avec Téhéran sur le plan de l’énergie nucléaire, Netanyahu a accusé celui-ci de faire des concessions excessives qui permettront à l’Iran de fabriquer sa propre bombe nucléaire dans un avenir trop proche, sans que les violations éventuelles – ou plutôt, certaines selon lui – ne puissent être empêchées, même si elles étaient constatées.
 
Dans un discours qualifié de « provocateur », le Premier ministre d’Israël – accueilli en « héros » par les élus républicains – a accusé l’Iran de vouloir annihiler l’Etat hébreu par le biais de son régime « kidnappé par des zélotes religieux » qui n’ont en tête que le djihad. Il a dénoncé la naïveté d’Obama, de John Kerry et des autres qui se laissent « charmer » par des interlocuteurs dont les intentions restent guerrières : « L’ennemi de votre ennemi est votre ennemi », a-t-il martelé, faisant allusion à l’intervention de l’Iran contre le Califat islamique à Tikrit.
 

Netanyahu devant le Congrès : l’accord sur le nucléaire va offrir la bombe à l’Iran

 
L’accord qui se dessine, et qui prétend porter à un an le délai qu’il faudrait à l’Iran pour disposer d’assez d’uranium enrichi pour fabriquer une seule tête nucléaire, est « mauvais ». « Il ne bloque pas le chemin de l’Iran vers la bombe, il le balise », a déclaré Netanyahu. Il repose selon lui sur le pari de voir l’Iran « s’améliorer au cours des années à venir » : Netanyahu n’y croit pas.
 
La diplomatie ? Il n’y croit pas. « A l’heure où beaucoup espèrent que l’Iran puisse rejoindre la communauté des nations, l’Iran avale voracement les nations. Nous devons tous nous dresser ensemble pour arrêter la marche de l’Iran, une marche de conquête, de subjugation et de terreur. » L’Iran, assure Netanyahu, est une menace plus grave que l’Etat islamique :
 

L’Iran est pire que l’Etat islamique, dit Benjamin Netanyahu aux Etats-Unis

 
« La différence est là : les armes de l’Etat islamique sont des couteaux de boucher, des armes capturées et YouTube. L’Iran pourrait bientôt disposer de missiles balistiques intercontinentaux et de bombes nucléaires. Nous devons toujours nous le rappeler – je vais le redire encore une fois – le plus gros danger qui menace notre monde est le mariage de l’islam militant avec l’arme nucléaire. Battre l’Etat islamique tout en laissant l’Iran avoir accès aux armes nucléaires reviendrait à gagner une bataille en perdant la guerre. »
 

Le premier ministre d’Israël boudé par Obama

 
Barack Obama a ostensiblement boudé le discours du chef du gouvernement d’Israël, déclarant qu’il avait « trop à faire » pour prendre le temps de le regarder : il a qualifié l’intervention de Benjamin Netanyahu de « théâtre » tout en avertissant les membres du Congrès qu’il ne comptait pas renoncer à ses prérogatives présidentielles en matière de politique étrangère, telle que les définit la Constitution américaine.
 
Israël conserve de nombreux alliés inconditionnels aux Etats-Unis, mais ils ne se trouvent plus à la Maison Blanche.