fbpx

Les leçons de la politique de l’enfant unique en Chine

Les leçons de la politique de l’enfant unique en Chine
 
Le pays aujourd’hui le plus peuplé du monde – et qui doit notamment à ce fait son boom économique – est aussi l’un de ceux qui ont imposé une politique de contrôle de la population des plus draconiennes, et même tyranniques au monde. La Chine communiste se trouve aujourd’hui confrontée aux conséquences de ses choix. La politique de l’enfant unique a durablement modifié la réalité chinoise, au point que le pays, à vues humaines, ne s’en relèvera plus, s’il faut en croire Lotus Yang Ruan, journaliste et chercheuse sur la politique dans la région de l’Asie-Pacifique. Elle y consacre un éditorial dans la revue en ligne The Diplomat spécialisée dans les affaires d’Asie du Sud-Est, pour en tirer nombre de leçons intéressantes.
 
La première est bien que la Chine, avec un taux de natalité de 1,7 ou 1,8 enfant par femme (voire moins de 1,5 s’il faut en croire le Brookings-Tsinghua Centre for Public Policy basé à Pékin), est gravement préoccupée par son avenir. Et tente d’inverser la tendance au vu des problèmes graves que représente le non-renouvellement des générations, qui exige un minimum de 2,1 enfants par femme en âge de procréer…
 

La politique de l’enfant unique en Chine se révèle désastreuse

 
C’est une réalité que les pays développés connaissent tout aussi bien, mais qui n’entraîne guère d’action publique alors qu’il s’agit d’un problème de société de la plus grande importance. En Europe, les pays qui affichent un taux de natalité de 1,7 ou 1,8 enfant par femme – ils sont rares, la moyenne est nettement plus basse – se considèrent quasiment comme champions démographiques, alors que leur déclin est inscrit dans la nécessaire évolution de leurs populations vers un vieillissement inéluctable qui ne pourra être compensé que par un recours massif à l’immigration.
 
La Chine, qui a fait de sa natalité et de sa démographie une affaire (exclusivement) de politique nationale, estime au contraire qu’il y a urgence. On sait qu’elle a apporté des modifications à sa politique de l’enfant unique en 2013, on sait aussi que ces assouplissements sont loin d’avoir entraîné le pic de naissances espéré par les autorités centrales. On tablait sur 5 à 10 millions de naissances ; en définitive seuls 271.600 couples avaient déposé une demande à la date de mai 2014, parmi lesquels 241.300 ont obtenu une réponse favorable. Que s’est-il passé, s’interroge Lotus Yang Ruan ?
 
Pour elle, la réponse se trouve dans le fait que les couples utilisent un processus décisionnaire de « réflexion » et non « automatique » : c’est ce dernier qui entraîne des décisions rapides, inconscientes, incontrôlées, explique-t-elle. Le système de réflexion, au contraire, passe par le temps : le temps de soupeser une décision, d’en évaluer les conséquences et les ressorts.
 

Les parents en Chine prennent l’enfant unique pour la norme, et refusent d’avoir plusieurs enfants

 
C’est ce dernier qui a la priorité, et il a été fortement influencé par la politique de l’enfant unique (ou deux dans les familles rurales ayant donné d’abord le jour à une fille), avec son cortège de mesures tyranniques : « 336 millions d’avortements décidés par l’Etat et imposés par voie légale, 196 millions de stérilisations, et la mise en place non consentie de 403 millions de dispositifs intra-utérins ». Beaucoup d’avortements ont eu lieu sous la contrainte brutale. Et ce système, rappelle l’auteur, reste en place : que ce soit pour limiter les naissances à une par couple ou deux, les moyens sont les mêmes, et les dossiers de demande d’autorisation de deuxième naissance sont tellement complexes que beaucoup reculent. Se méfient…
 
Pour de nombreux couples chinois, confortés en cela par le maintien d’un passage obligé devant les autorités pour pouvoir procréer une seconde fois, la norme est restée : « un enfant par couple », pas plus. Ils hésitent donc, ayant réfléchi, à penser que cela vaut la peine d’avoir un deuxième enfant, considérant même que cela peut se révéler « dangereux ». Sans compter que la persistance des amendes pour les naissances de deuxième rang pousse les autorités à considérer ces naissances comme constituant d’abord une source de revenus publics. On l’évalue à 324 milliards de dollars en quarante ans…
 

Les leçons de la Chine pour le reste du monde

 
Bref, l’ingérence communiste jusque dans le sanctuaire des familles a durablement faussé leur attitude par rapport à la vie et aux enfants. Tout comme le parti communiste central et les autorités locales sont incapables de reconnaître les libertés et les droits des familles : ils n’ont fait que déplacer un curseur. « Lors d’un sondage en ligne par des médias d’Etat chinois, près de 64 % des participants ont indiqué qu’ils ne choisiraient pas d’avoir un deuxième enfant même si la Chine abandonnait complètement la politique de l’enfant unique » : elle s’est imprimée dans les mœurs, elle s’est imposée dans la société.
 
Le résultat ? La Chine « vieillit à grande vitesse, la proportion des actifs baisse par rapport à celle des anciens, la force de travail a chuté en 2012 pour la première fois en 50 ans » : on attend deux actifs pour un retraité en 2030 contre cinq pour un encore récemment. L’Europe et un grand nombre de pays, développés ou non, sont dans la même situation. Le refus de la vie a partout le même effet ; un repli sur soi, et des conséquences désastreuses à la clef.
 
Ailleurs il n’a pas eu besoin d’une mise en œuvre tyrannique : lorsque l’environnement est hostile aux familles nombreuses, on obtient des taux de natalité similaires et tout aussi désastreux. Dans tous les cas, c’est la « culture de mort » qui est à l’œuvre.
 
Lotus Yang Ruan donne un détail horrifiant : une adolescente de 12 ans s’est suicidée début avril après avoir appris que ses parents envisageaient d’avoir un deuxième enfant. Symptôme d’une maladie nationale…
 

Anne Dolhein