fbpx

Le vol MH17 de la Malaysia Airlines abattu en 2014 en Ukraine : les enquêteurs néerlandais précisent leurs accusations contre la Russie

MH17 Ukraine Russie Malaysia Airlines
 
Jeudi aux Pays-Bas, les enquêteurs néerlandais ont précisé leurs accusations contre la Russie à propos de l’avion de la Malaysia Airlines devant relier Amsterdam à Kuala Lumpur qui avait été abattu au-dessus du Donbass, zone séparatiste de l’est de l’Ukraine, le 17 juillet 2014. La majeure partie des 283 passagers tués étaient de nationalité néerlandaise. « Le [missile sol-air] Buk qui a été utilisé provenait de l’armée russe, de la 53e brigade », a déclaré à l’agence Reuters le procureur Fred Westerbeke, qui a aussi indiqué ne pas connaître l’identité des personnes responsables du tir du missile contre le vol MH17. Le même jour, la Russie a de nouveau nié toute implication de ses véhicules lanceurs de missiles, assurant qu’» aucun lanceur de missiles anti-aériens des Forces armées russes n’a jamais traversé la frontière russo-ukrainienne ».
 

Le missile Buk-M1 tiré contre le vol MH17 aurait été amené de Russie par la 53e brigade stationnée à Koursk.

 
Les enquêteurs, de leur côté, ont exhibé en conférence de presse des photos et des vidéos d’un convoi de camions présenté comme passant la frontière entre la Russie et l’Ukraine avec le système Buk, puis repassant la frontière en sens inverse quelques jours plus tard avec un missile manquant. Selon les enquêteurs, les numéros de série et autre marquages sur les véhicules indiquent leur appartenance à la 53e brigade, une unité de défense anti-aérienne basée à Koursk, ville de Russie située non loin de l’Ukraine. Les enquêteurs ont lancé un appel au public pour les aider à identifier les membres de l’unité qui a lancé le missile et à remonter la chaîne de commandement à l’origine de l’ordre de tir. Ils ont aussi reproché à la Fédération russe son manque de coopération.
 
Pour le ministère de la Défense russe, les constatations de l’équipe d’enquête internationale, composée d’enquêteurs des Pays-Bas, de Malaisie, d’Ukraine, de Belgique et d’Australie, sont fondées sur des données falsifiées fournies par des blogueurs et elles ne tiennent pas compte des informations présentées par la Russie. En parlant de blogueurs, le ministère russe se référait sans doute notamment au site web Bellingcat qui désignait déjà en 2014 la 53e brigade anti-aérienne des forces armées russes comme étant l’unité d’origine du missile Buk M-1 qui aurait abattu l’avion de la Malaysia Airlines.
 

L’Ukraine et la Russie se renvoient la faute du tir contre l’avion de la Malaysia Airlines

 
Il n’y avait donc apparemment rien de bien nouveau dans les déclarations de jeudi des procureurs néerlandais, même si le Premier ministre des Pays-Bas Mark Rutte a écourté un voyage en Inde pour présider aujourd’hui un conseil des ministres consacré à une discussion sur les dernières constatations de l’enquête. Si la Russie avait soutenu, immédiatement après la catastrophe, l’hypothèse avancée par les séparatistes d’un tir de missile air-air par un avion de chasse ukrainien, la mise en cause d’un missile sol-air Buk de fabrication russe n’est plus guère contestée. Ce qui l’est, c’est l’origine du tir, l’armée ukrainienne ayant également des missiles de ce type.
 
Dans les minutes qui ont suivi la chute de l’avion de la Malaysia Airlines, un message publié sur un compte de réseau social au nom du leader séparatiste Igor Strelkov, vétéran de l’armée russe, vantait un tir réussi des séparatistes contre un avion de transport Antonov de l’armée ukrainienne. Ce message rapidement retiré était censé prouver une erreur commise par les séparatistes, mais ceux-ci ont affirmé que le compte était faux. Erreur commise par les séparatistes appuyés par l’armée russe ? Erreur de l’armée ukrainienne alors que les séparatistes n’avaient pas d’avions – mais on a parlé de manœuvres des forces ukrainiennes dans la région – ou bien encore provocation pour mobiliser le monde contre la Russie et les séparatistes ukrainiens ? Comme dans les autres affaires où la Russie est mise en cause, dont l’affaire Skripal tout récemment, les deux camps s’affrontent à coup d’informations contradictoires en exhibant des « preuves » rapidement « démasquées » par ceux d’en face. Comme au temps de la guerre froide.
 

Olivier Bault