fbpx

Le plan A d’Elon Musk : connecter nos cerveaux à l’intelligence artificielle. Son plan B : émigrer sur Mars !

Musk intelligence artificielle Mars
 
Invité à participer à une discussion avec le public pendant le festival SXSW qui se déroule à Austin, au Texas, Elon Musk, le PDG de SpaceX et de Tesla, a une nouvelle fois mis en garde contre les dangers de l’intelligence artificielle. Face à un désastre programmé, l’Américain Musk a deux plans dans ses tuyaux. Le plan A consistera à connecter nos cerveaux à l’intelligence artificielle, créant ainsi une symbiose entre les cerveaux humains et les machines. C’est ce à quoi travaille sa société Neuralink. Si cette tentative échoue ou si cela nous tente moyennement, reste le plan B : il faudra s’enfuir sur une autre planète avant, éventuellement, de reconquérir notre bonne vieille Terre. Comme planète à coloniser, Elon Musk nous conseille Mars, et c’est pourquoi il s’y prépare déjà avec son entreprise SpaceX.
 

Elon Musk prépare déjà la colonisation de la planète Mars juste au cas où…

 
Plus dangereuse que la bombe atomique et pourtant toujours non réglementée, l’intelligence artificielle se développe a une vitesse exponentielle, a prévenu l’entrepreneur qui a tant fait parler de lui début février avec le lancement réussi par SpaceX de la fusée Falcon Heavy.
 
Dans un registre plus classique que la symbiose entre intelligence humaine et artificielle ou l’émigration sur Mars, Elon Musk a demandé que le secteur de l’intelligence artificielle fasse enfin l’objet d’une réflexion au niveau des Etats et d’une régulation stricte. En effet, a-t-il dit, l’intelligence artificielle peut déjà faire beaucoup plus que ce que l’on imagine. « Personne n’avait prévu une progression aussi rapide », a affirmé Musk.
 

Personne n’avait prévu une progression aussi rapide de l’intelligence artificielle !

 
A titre d’exemple, les voitures autonomes devraient d’ici à la fin de l’année prochaine être capables de gérer toutes les situations sur route et être au moins 100 à 200 % plus sûres que les voitures conduites par un être humain. Une autre illustration de la vitesse de progression de l’intelligence artificielle nous a été donnée par AlphaGo. AlphaGo est un programme informatique qui pratique le jeu de go et progresse par auto-apprentissage. En quelques mois seulement, AlphaGo, qui perdait contre les bons joueurs de go, s’est mis à battre les plus grands champions après avoir été entraîné par des joueurs humains. La version suivante, AlphaGo Zero, a pu surpasser largement AlphaGo en ne jouant que contre elle-même, sans intervention humaine, et elle est même devenue capable d’apprendre seule à jouer à n’importe quel jeu dès lors qu’on lui en fournissait les règles.
 
Elon Musk a comparé l’absence actuelle de réglementation à une situation où chacun aurait le droit de construire des ogives nucléaires, et il s’est dit effrayé du risque de nouvelle guerre mondiale que pourrait faire courir à l’humanité le développement incontrôlé de l’intelligence artificielle.
 

Olivier Bault