fbpx

La National Health Service britannique en grave crise financière

Les résultats affichés par les services de santé étatisés du Royaume-Uni n’ont jamais été aussi mauvais et certains hôpitaux risquent de ne plus pouvoir payer leurs employés. La dette totale atteint 1,6 milliard de livres sterling : deux fois plus que l’an dernier. Des niveaux qui ne peuvent s’expliquer par une mauvaise gestion : la plupart des fournisseurs de santé ne peuvent maintenir le niveau des soins avec les budgets dont ils disposent, note un expert.
 
Les hôpitaux britanniques souffrent d’un manque de personnel et font souvent appel à des intérimaires… bien plus coûteux que le personnel « maison ».
 
A titre de comparaison, le déficit de la branche maladie en France s’établissait à 6,8 milliards d’euros en 2013 – mais elle comprend la prise en charge des indemnités journalières et des congés de maternité.