fbpx

Netanyahu réclame une entrevue à Obama – et l’annule : Israël se durcit

Netanyahu Obama entrevue Israël

Rencontre entre Benyamin Netanyahu et Barack Obama à la Maison Blanche, Le 9 novembre 2015.


 
Hier, la Maison blanche a annoncé avoir invité le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le 18 mars prochain, pour une entrevue, et avoir appris par la presse que ce dernier l’avait annulée… Malgré la rencontre de rabibochage crispé qui eut lieu en novembre dernier, les tensions persistent entre le président américain Barack Obama et le chef de l’Etat hébreu. L’accord sur le nucléaire iranien a été le point de départ de cette nouvelle ère qui revisite doucement les anciens accords aux Moyen-Orient – en particulier avec Israël.
 

Netanyahu pose un lapin à Obama

 
Dernier épisode d’une relation tendue entre Israël et les Etats-Unis : le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu vient d’annuler un voyage prévu à Washington prévu pour la mi-mars. Et chacune des deux parties a donné son explication…
 
La Maison Blanche a déclaré que le gouvernement israélien avait demandé une rencontre avec Obama les 18 ou 19 mars, qu’elle lui avait proposé le 18 mars, juste avant le voyage du président américain à Cuba. Et qu’elle a appris, via les médias israéliens, que cela n’aurait finalement pas lieu.
 
Le porte-parole de la Maison Blanche n’a pas manqué de fustiger les allégations des journaux de Tel-Aviv : « Les informations selon lesquelles nous n’avons pas pu nous adapter au programme du premier ministre sont fausses ».
 
L’ambassade d’Israël a, tout d’abord, refusé tout commentaire. Puis certains communiqués ont justifié de la campagne présidentielle américaine. Cette visite aurait en effet coïncidé avec la conférence annuelle du lobby pro-israélien (AIPAC) où Netanyahu devait prendre la parole. Beaucoup des candidats devant y participer, il n’aurait pas voulu se trouver obligé de les rencontrer et de signaler des soutiens involontaires… Faible défense.
 

Des entrevues houleuses

 
Les deux pays continuent ainsi leur diplomatie en dents de scie. Il y a un an, c’était le président Obama qui refusait de rencontrer Netanyahu, venu défendre devant le Congrès sa position sur le dossier iranien, alors encore en discussion – au motif que les Israéliens n’avaient pas consulté l’administration avant de se rendre dans la capitale américaine…
 
Mais cette nouvelle tacle n’a pas empêché le Premier ministre israélien de déclarer dimanche que la visite, qui doit débuter ce jour, du vice-président américain Joe Biden démontrait « les relations solides entre Israël et notre allié les Etats-Unis » : « Il y a ceux qui avaient prévu l’effondrement de ces relations – il n’en est pas ainsi ». L’affaire est complexe.
 

Pas encore de nouvel accord décennal de défense

 
Que vient négocier Joe Biden ? C’est la première visite d’importance, depuis la signature de l’accord nucléaire iranien, en juillet 2015. Les discussions devraient inclure des négociations sur le nouvel accord décennal de défense pour Israël, que les deux pays peinent à mettre en place.
 
Le cadre actuel, défini en 2007, prévoyait 30 milliards de dollars sur 10 ans – ce chiffre n’inclut même pas la contribution américaine au système antimissiles israélien. Mais, arguant de l’entrée en vigueur de l’accord nucléaire iranien, Netanyahu réclame davantage : 5 milliards de dollars par an.
 
La semaine dernière, le chef d’état-major américain, Joseph Dunford, est aussi venu discuter avec son homologue israélien et le ministre de la Défense, sur le montant et le contenu de l’aide militaire américaine. Mais les négociations se prolongent. Netanyahu et les officiels ont même suggéré en février que l’Etat hébreu pourrait attendre la prochaine élection pour s’assurer d’un meilleur accord…
 

Les États-Unis n’hésitent plus à critiquer Israël

 
Les Etats-Unis recherchent une résolution du conflit israélo-palestinien – à leur façon. Et n’hésitent pas à critiquer, comme l’a fait le Département d’Etat par exemple la semaine dernière, les mesures antiterroristes israéliennes proposées par Netanyahu – comme l’expulsion des familles des terroristes palestiniens.
 
Au sein du pays, le mouvement antisémite de boycott d’Israël fait même quelques percées notables.
 
Cette semaine, la coalition « Freedom2Boycott » vient de remporter gain de cause après des sénateurs de Virginie qui ont repoussé la demande de pénaliser d’une manière ou d’une autre les personnes et les organisations qui appellent à boycotter Israël. Et quarante universitaires viennent de signer un appel à « désinvestir de toutes les sociétés qui approvisionnent, perpétuent et profitent d’un système qui opprime le peuple palestinien », a rapporté le Jérusalem Post
 
Au dîner du CRIF – rassemblant néanmoins plus de 850 personnes à 900 euros le couvert ! – le président du Conseil représentatif des institutions juives de France, Roger Cukierman, a assuré que les Français juifs avaient « le sentiment angoissant d’être devenus des citoyens de deuxième zone »… L’impression serait-elle la même au Moyen-Orient ?
 

Mais le financement demeure – jusqu’à quand ?

 
On en est encore loin. L’Etat hébreux persiste dans son armement – et pas n’importe lequel. Il est actuellement engagé dans la construction d’un des systèmes de défense antimissiles les plus avancés dans le monde. Et toujours en association avec les Etats-Unis ou aidé de leurs finances.
 
Du Dôme de fer à la Fronde de David, en passant par l’Arrow-3, son système multiplateformes permet la mise en œuvre d’une défense hors normes. L’ancien directeur du programme de défense antimissile d’Israël, a déclaré au Washington Post : « Je définis le système comme pionnier. Même les Etats-Unis n’ont pas quelque chose d’aussi complexe, d’aussi sophistiqué. »
 
Mais qu’en sera-t-il demain ? Si la favorite démocrate, Hillary Clinton, est élue, persistera-telle dans la politique à reculons de son mentor, Obama ?
 

Clémentine Jallais