fbpx

Les ratés de l’Obamacare : vers la pénurie de soins ?

Obamacare Penurie de soins
 
L’Obamacare risque de provoquer le contraire de ce qu’il avait promis : une pénurie de soins. Alors que des millions d’Américains obtiennent actuellement une couverture d’assurance maladie « Medicaid », le système s’apprête à diminuer de manière importante les paiements consentis à nombre de médecins qui risquent de préférer les patients de meilleure catégorie. Une situation prévisible depuis le début, puisque l’Affordable Care Act – loi sur les soins financièrement accessibles – prévoyait d’emblée des paiements restreints.
 
Au cours de ses deux premières années de fonctionnement, l’Obamacare en phase de lancement proposait des paiements plus élevés pour les soins de base : une augmentation provisoire qui vient à échéance au 1er janvier 2015. L’Administration vient d’avertir il y a quelques semaines la Cour suprême, saisis de l’affaire, que les médecins et autres professionnels de soins n’ont aucun droit de contester les tarifs de remboursement définis dans le cadre de Medicaid.
 

Les soins « accessibles » sont moins bien payés

 
L’accessibilité financière des soins est donc à comprendre dans le sens que les assurances publiques maintiennent leur coût à un bas niveau. Selon les Etats, l’impact de la mesure variera mais en moyenne, selon l’Urban Institute, les médecins qui ont bénéficié des tarifs temporaires en 2013 et 2014 verront les remboursements baisser de 43%. L’addition sera encore bien plus salée en Californie, Floride, New York et Pennsylvanie.
 
Obama avait cherché à obtenir une rallonge au mois de mars pour son assurance publique et socialisante, mais la montée des Républicains rend fort peu probable la décision de faire continuer de peser le poids de ces dépenses sur le contribuables.
 

L’Obamacare décourage les médecins et produit la pénurie de soins

 
Nombre de médecins se rebiffent, se plaignant d’avoir été « appâtés » avec des rémunérations améliorées. Ils estiment que les rémunérations bien plus modestes qui étaient celles de 2012 ne peuvent plus suffire à l’heure où plus d’un cinquième des Américains sont aujourd’hui « couverts » par l’Obamacare. Alors surtout que les besoins de visites médicales chez les généralistes, que ce soit pour les petites affections ordinaires ou le suivi des maladies chroniques, ont explosé.
 
Medicaid, un programme d’assurance maladie pour les personnes à faibles ressources, rembourse moins bien les médecins que Medicare, réservé aux personnes de 65 ans et plus.
 
Le socialisme à l’américaine s’accommode fort bien de la création de catégories d’assurés de deuxième et troisième zone. Une usine à gaz d’où menace de sortir la pénurie de soins.