fbpx

Le milliardaire de la haute technologie Peter Thiel qualifie la Silicon Valley de « lieu totalitaire »

Peter Thiel Silicon Valley lieu totalitaire
 
Ouvertement homosexuel, investisseur milliardaire dans la haute technologie, cofondateur de Paypal, Peter Thiel n’en est pas moins réaliste. Après avoir scandalisé le lobby LGBT et ses collègues en soutenant Donald Trump en 2016, il vient de qualifier la Silicon Valley de « lieu totalitaire » écrasé par « le politiquement correct ». « Je n’ai pas de problème à résider dans un lieu où la plupart des gens sont de gauche, où le plus grand nombre a des idées opposées aux miennes », a déclaré Thiel à la journaliste Maria Bartiromo, sur Fox Business. Mais il a enchaîné immédiatement : « Je crois pourtant qu’il en va autrement quand il s’agit d’une majorité quasi-unanime. » Pour Thiel, la Silicon Valley, située au sud-est de San Francisco autour de San José et où sont concentrés les sièges de plus puissantes entreprises de haute technologie, est allée tellement loin dans la pensée unique qu’elle est devenue en elle-même un véritable dogme.
 

La Silicon Valley, un lieu totalitaire. Ses employés ont donné soixante fois moins à Donald Trump qu’à Hillary Clinton

 
Si l’on en croit NBC News, les employés de la Silicon Valley ont donné 3 millions de dollars à la candidate démocrate Hillary Clinton en 2016, soit soixante fois plus qu’au candidat républicain, Donald Trump, auquel ils n’ont accordé que 50.000 dollars. Peter Thiel estime ainsi, au micro de Maria Bartiromo, que ce parti pris politique débouche sur un débat partisan, politiquement étouffant, « extrêmement étroit ». Cette situation, ajoute-t-il, affaiblit les Etats-Unis en empêchant les gens de débattre de toutes les solutions envisageables pour les problèmes de notre temps. Pour Thiel, la responsabilité principale de cette situation revient aux universités américaines.
 
Peter Thiel, outre Paypal, fut le premier investisseur extérieur dans Facebook. C’est un républicain libertarien qui avait soutenu Trump dans l’espoir que le milliardaire de l’immobilier favorise une évolution vers « un gouvernement moins intrusif, tant sur le plan social qu’économique ». Mais si son conservatisme fiscal a choqué ses voisins de gauche, son libéralisme sociétal reste un point de friction avec les républicains traditionnels. En 2016, il devint le premier homosexuel déclaré à prendre la parole à la convention nationale républicaine. Dans son discours, il brocarda les débats du type « partage des toilettes des hommes par les femmes », les qualifiant de « guerres culturelles bidon uniquement destinées à nous faire oublier notre déclin économique ».
 

Peter Thiel et les conservateurs dénoncent l’endoctrinement venu des universités et du monde de la haute technologie

 
Pour autant, Thiel et les conservateurs sociaux sont d’accord sur l’endoctrinement dans l’enseignement supérieur et les universités. La semaine dernière, le site LifeSiteNews a rapporté le cas de Lake Ingle, professeur d’études religieuses à l’Université de Pennsylvanie, interdit de cours de religion pour avoir affirmé qu’il n’existe que deux genres, le masculin et le féminin. En décembre, l’Université du Minnesota a imposé au personnel enseignant et administratif de ne plus installer de symboles chrétiens ou juifs sur le campus : saint Nicolas ou crèches, côté chrétien, dreidels ou menorahs juifs. Des activités pro-vie, pourtant pacifiques, se heurtent de plus en plus à l’hostilité voire à la censure sur les campus.
 
Dans les médias sociaux, ceux mêmes tenus par les géants de la haute technologie, la censure des opinions « déviantes » devient de plus en plus préoccupante. Facebook a censuré les annonces publicitaires de plusieurs groupes pro-vie – tout en autorisant des annonces pour des médicaments abortifs présentant des risques avérés pour la santé. Google a retiré des annonces payantes pour la promotion de plusieurs articles factuels du site conservateur LifeSiteNews, qualifiés de « dangereux ou non réglementaires ». Youtube, qui appartient à Google, a récemment recruté l’ONG gauchiste Southern Poverty Law Center pour l’aider à faire la chasse aux contenus « haineux ». Twitter a censuré les annonces pro-vie venues de plusieurs sources (Susan B. Anthony List, Live Action, une représentante du Tennessee Marsha Blackburn…). Twitter pratique aussi la « censure de l’ombre » qui bloque les tweets d’un utilisateur sans que celui-ci s’en aperçoive, puisqu’ils n’apparaissent plus nulle part ailleurs que sur son propre fil. Peter Thiel est bien placé pour dénoncer ce qui se passe dans les cuisines des nouveaux tyrans de l’esprit.
 

Matthieu Lenoir