fbpx

Laïcisme : Podemos et les socialistes espagnols veulent exproprier la cathédrale de Saragosse pour en chasser les catholiques

Podemos socialistes espagnols exproprier cathédrale Saragosse catholiques

La basilique Notre-Dame du Pilier et le pont de pierre sur l’Èbre, à Saragosse.


 
Divers partis partisans du laïcisme dans la région aragonaise se sont entendus pour déclencher une procédure judiciaire en vue d’exproprier la cathédrale du Saint-Sauveur de Saragosse, connue également sous le nom de « Seo » (siège épiscopal). Podemos a pris la tête de cette initiative, qui rentre parfaitement dans le cadre de ses préoccupations, puisque le parti de Pablo Iglesias participe à de nombreuses attaques contre l’Eglise catholique, prônant pêle-mêle la dénonciation du concordat entre l’Espagne et le Saint-Siège, la fin des aumôniers militaires, l’arrêt des transmissions religieuses dominicales sur les chaînes nationales et la remise en cause du financement de l’église par l’impôt. Dans l’affaire de Saragosse, les socialistes espagnols du PSOE ainsi que la Chunta Aragonesa, parti régionaliste, participeront à la procédure.
 
Ces partis mobilisent au nom de la mairie de Saragosse afin de « récupérer la propriété publique de la cathédrale », mais aussi de l’église de la Magdalena, que l’Eglise catholique se serait appropriée de manière indue, afin de les « rendre » à leurs quartiers pour que les voisins puissent s’en servir pour un usage « populaire ».
 

Chasser les catholiques : le rêve de Podemos et des socialistes espagnols

 
Saragosse deviendra ainsi la première ville espagnole a contester officiellement l’une des quelque 300 immatriculations d’édifices religieux en tant que « monuments historiques ou artistiques appartenant aux trésors artistiques nationaux », organisée par le gouvernement conservateur d’Alcalá Zamora en 1931 à la suite d’une initiative de Primo de Rivera. Les immatriculations contestées avaient profité respectivement à l’archidiocèse et à la paroisse et ont été entérinées en 1987 sur le registre de la propriété. On arrive à la fin de la période de 30 ans à l’issue de laquelle la propriété deviendra incontestable.
 
Le maire de Saragosse, Pedro Santisteve, s’est montré très ouvert à l’idée, recevant la semaine dernière le mouvement laïciste Mhuel et des associations de quartiers qui réclament une utilisation « citoyenne » des lieux de culte « compatible avec leur utilisation religieuse », notamment de l’église de la Magdalena, fermée au public depuis une dizaine d’années (pour travaux de réhabilitation, rappelle le directeur de la communication du diocèse). Ces associations de quartiers sont orientées à gauche et verraient bien la création d’une boîte à idées pour déterminer les nouvelles formes d’utilisation des lieux consacrés.
 

Exproprier la cathédrale de Saragosse et l’église de la Magdalena au nom du laïcisme

 
L’archidiocèse n’a pas de titre de propriété écrit pour la cathédrale ou pour l’église de la Madeleine, mais les pétitions d’immatriculations les concernant précisent que le diocèse en a « la possession et la maîtrise pacifique depuis des temps immémoriaux ». En face, on assure que la cathédrale a été construite grâce aux rentes du roi, « c’est-à-dire de l’Etat » comme le note l’historien local José Luis Corral, jugeant que les apports de l’Eglise, les rentes féodales et les dons de mécènes représentent moins de la moitié du financement des lieux. Chicanes…
 
Cette logique comptable veut aboutir à exproprier un édifice qui s’élève sur les lieux d’un temple existant déjà au temps des Wisigoths, devenu siège épiscopal dès le troisième siècle. Pendant l’occupation de l’Espagne par les Mauresques, la cathédrale fut accaparée pour devenir mosquée. On en a conservé les vestiges lors de la Reconquête pour la construction d’une nouvelle « Seo », avec de nombreux éléments d’art mudejar : pour éviter la confusion avec l’orientation vers la Mecque, le chœur se trouve au nord.
 
Aujourd’hui, c’est d’une autre « occupation » qu’il s’agit…
 

Anne Dolhein