fbpx

Le procureur général des Etats-Unis confirme : il a été question de poursuivre les « négationnistes » du changement climatique

poursuivre négationnistes changement climatique procureur général Etats Unis

Le procureur général des Etats-Unis, Loretta Lynch.


 
Le procureur général des Etats-Unis, Loretta Lynch, a témoigné mercredi devant la commission judiciaire du Sénat américain de ce que ses services ont envisagé de poursuivre civilement des représentants de l’industrie des énergies fossiles qui nient l’existence du réchauffement climatique et de son origine humaine. « Il a été question de saisir le FBI du dossier », a-t-elle confirmé, reconnaissant de fait qu’une nouvelle traque du négationnisme interdit se met en place à l’encontre de ceux qui refusent de faire la corrélation entre les émissions carbone et les changements climatiques.
 
Loretta Lynch répondait à une question du sénateur démocrate Sheldon Whitehouse faisant le parallèle entre le refus de l’industrie du tabac de reconnaître la nocivité des cigarettes et les affirmations d’exploitants des énergies fossiles selon laquelle les données sur le lien entre le CO2 et le réchauffement ne sont pas scientifiquement établies de manière certaine.
 

Loretta Lynch confirme que les Etats-Unis envisagent de poursuivre les industries des énergies fossiles

 
Mme le Procureur a chaleureusement remercié le sénateur pour sa question et son « travail dans ce domaine », affirmant avoir reçu des éléments en faveur d’une telle procédure et les avoir transmis au FBI. « Je ne suis pas au courant de l’existence de poursuites civiles à l’heure de vous parler », a-t-elle précisé, promettant de vérifier ce qu’il en était et de donner des précisions ultérieures.
 
Le négationnisme potentiellement objet d’une plainte ne se résume pas à la simple affirmation que le réchauffement climatique, s’il existe, n’est pas d’origine humaine. Les échanges entre Loretta Lynch et Sheldon Whitehouse montrent qu’il suffit de mettre en avant l’existence d’une « discussion » par rapport à l’exactitude scientifique dans ce débat, voire de rappeler simplement que certains scientifiques remettent en cause la sincérité des études un peu vite présentées comme majoritaires.
 
Il y a notamment un fait difficile à nier – sauf à manipuler les données : cela fait quelque 18 ans que la température moyenne de la terre n’a pas augmenté, et ce malgré une progression des émissions de CO2.
 

Le procureur général chargé de protéger le discours sur le changement climatique des « négationnistes »

 
Que le procureur général des Etats-Unis en soit à envisager des poursuites, certes contre ce qui peut être légitimement considéré comme un lobby industriel, à propos d’affirmations de scientifiques qui ne lui sont pas du tout liées, montre jusqu’où va le totalitarisme du « climat ».
 
Mais on sait que les mesures contre le « réchauffement climatique » ne visent pas d’abord les industriels, ni même à assurer l’indépendance énergétique des nations en restreignant le pouvoir des pays producteurs de pétrole. Les enjeux sont tout autres : prêcher une nouvelle morale écologiste au service d’une nouvelle religion qui adule la Terre et présente l’homme non comme son maître mais comme le pire des prédateurs.
 
Cela passe par l’embrigadement des gogos, qui pensent sincèrement devoir « protéger la planète » pour la survie de leurs enfants.
 
Il est tellement crucial qu’ils ne se rendent pas compte que toute tentative de pensée critique doit être étouffée dans l’œuf ; c’est le sens des poursuites dont il est ici question.
 

Anne Dolhein