fbpx

La Réserve fédérale américaine veut augmenter ses taux :
une manœuvre contre Trump ?

Réserve fédérale américaine augmenter taux contre Trump
 
Menacée d’audit par les élus du Congrès, sous le coup des promesses de Donald Trump d’en finir avec le secret de la Fed, la Réserve centrale américaine contre-attaque à sa manière, annonçant la probabilité d’une remontée plus rapide des taux d’intérêt que prévu – peut-être même trois fois cette année. Son objectif est clair : les responsables de la Réserve fédérale américaine veulent maintenir l’inflation à 2 %, pas davantage. Tout comme la Banque centrale européenne, d’ailleurs, et c’est un chiffre que personne n’explique autrement qu’en affirmant que c’est notamment pour assurer le « plein-emploi », disent-ils. Cela se discute…
 
Jusqu’à présent, dans la foulée de la crise de 2008, la Fed a maintenu les taux d’intérêt extrêmement bas pour favoriser la liquidité. Trump s’en était plaint en septembre dernier, affirmant : « Ils maintiennent des taux si bas que toute l’économie baisse avec eux. La seule chose qui soit haute, c’est la bourse, une hausse artificielle. Nous avons une économie complètement artificielle. Arrivés à ce point, il faut que ça change ». Il les accusait aussi d’avoir renfloué des banques à travers le monde entier sans avoir à rendre de comptes à personne.
 

Les taux de la Réserve fédérale américaine pourraient remonter à trois reprises

 
La remontée des taux pourrait donc en théorie lui plaire mais derrière les chiffres, il faut voir le rythme des modifications et toutes les manipulations dont une banque centrale peut user pour diriger une économie – pas forcément dans le sens du bien commun ! En l’occurrence, Trump subit l’inimitié non pas du monde de la finance qui se porte plutôt bien – Wall Street en témoigne – depuis l’accession du nouveau président à la Maison Blanche, mais de cette coterie des banques centrales qui peuvent peser sur les orientations économiques nationales et mondiales. Et entraver sa politique et sa volonté de réformer le rôle de la Fed…
 
En accélérant, comme les analystes qui s’y attendent et comme ses porte-parole l’annoncent, la hausse du prix de l’argent, la Banque centrale américaine pourra viser des résultats très concrets : une stagnation de l’inflation, et son corollaire, la difficulté accrue pour les entreprises de se développer.
 

La Fed veut augmenter les taux – contre la politique de Trump ?

 
L’inflation en effet, tant qu’elle reste raisonnable, est un signe de santé économique et mais surtout l’une de ses condition : dans une économie en expansion, les prix doivent pouvoir augmenter pour suivre l’accroissement de la demande. Lorsqu’une banque centrale décide arbitrairement de la maintenir, quitte à forcer, à un niveau prédéfini qui ne correspond pas à l’état réel de l’économie, les problèmes commencent. En pesant ainsi artificiellement sur le coût de l’argent, au détriment de sa création qui est aujourd’hui, qu’on le veuille ou non et quoi qu’on en pense, nécessaire à la croissance, une Banque centrale peut engager une politique malthusienne.
 
Politique économique malthusienne certes, mais ses conséquences se ressentent aussi dans le domaine démographique par exemple : une économie qui se contracte n’est pas propice à la natalité.
 

Donald Trump face à la Fed, plus redoutable adversaire que Clinton…

 
La Réserve fédérale américaine affirme depuis des mois qu’une hausse des taux est envisageable parce que les indicateurs de l’économie américaine sont bons. C’est vrai pour la bourse, et nous évoquions récemment sur reinformation.tv la hausse de la création d’emplois. Mais lorsque les autorités répètent avec l’équipe sortante de Obama que le chômage est presque arrivé à un niveau incompressible, cela ne tient pas compte du nombre faramineux de personnes en âge de travailler qui n’ont pas d’emploi, qui n’en cherchent pas non plus ayant perdu tout espoir d’en trouver un, et qui sont ignorées de ce fait des statistiques du chômage. Pour l’Américain moyen, les choses n’allaient pas mieux.
 
Les responsables de la Fed ont affirmé qu’ils vont agir sur les taux parce que l’inflation monte. « Ils n’ont plus autant de place pour manœuvrer que naguère », commente Tim Duy, professeur d’économie à l’université d’Oregon. Comme l’économie s’accélère la Fed veut reprendre les rênes : avec 1,7 % d’inflation d’une année sur l’autre et surtout, une remontée des salaires de 2,8 % d’une année sur l’autre en février, la banque centrale brandit les extincteurs.
 
Mais de quel droit ?
 

Anne Dolhein