fbpx

Australie : le Premier ministre Tony Abbott sauvé de la démission de justesse par le vote de son parti

Tony Abbott vote demission Australie Premier ministre
 
Le Premier ministre australien Tony Abbott a échappé de peu à une démission forcée lors d’un vote de confiance interne proposé par les députés de son propre camp, lundi.
 
Le Parti libéral australien a finalement rejeté la motion de défiance à l’égard de son chef lors d’un vote à huis-clos par 61 voix contre 39. En fonction depuis septembre 2013, Tony Abbott, en perte de vitesse dans les enquêtes d’opinion et vertement critiqué au sein même de son camp politique, avait convoqué les 102 parlementaires libéraux de la Chambre des représentants et du Sénat pour un vote hier matin. L’un d’eux était absent.
 

Tony Abbott veut l’unité de son parti

 
« Le Parti libéral a tranché sur la motion et ce problème est maintenant derrière nous » a finalement déclaré Tony Abbott avant de s’adresser à ses électeurs : « Nous sommes absolument déterminés à travailler pour vous qui avez voté pour nous. Nous voulons en finir avec la désunion et avec l’incertitude qui ont eu raison de deux gouvernements travaillistes, pour vous donner le gouvernement que vous méritez ». Au pouvoir entre 2007 et 2013, le Parti travailliste, en proie à des querelles internes, avait en effet changé deux fois de Premier ministre.
 
Tony Abbott fait face à une contestation accrue dans les rangs de son parti depuis plusieurs mois, en raison de sa politique d’austérité jugée inefficace et plus récemment encore à cause de sa décision de nommer le prince Philip chevalier de l’Ordre national d’Australie.
 

Selon un sondage, 55% des Australiens voulaient la démission du Premier ministre Tony Abbott

 
Aucun membre du gouvernement n’a exprimé d’opposition directe même si certains espoirs se tournaient vers son ministre des Télécommunications Malcolm Turnbull favorable, à l’inverse de Tony Abbott, au « mariage » homosexuel, à la transition écologique et à une instauration d’une république en Australie, ce qui l’a rendu impopulaire à l’aile droite du parti libéral. Turnbull, à la tête du Parti libéral jusqu’en 2009, a finalement mis un terme aux spéculations dimanche soir en annonçant qu’il soutiendrait Tony Abbott.
 
Lors d’une conférence de presse, Tony Abbott a affirmé qu’il avait « écouté » et « tiré les leçons » de ce vote, alors que le chef de l’opposition travailliste a jugé que le gouvernement était désormais « paralysé ».
 
Selon un sondage publié dimanche, 55% des Australiens sont favorables à un changement de Premier ministre, mais il aurait fallu au moins 51 voix sur 101 contre lui.