fbpx

Sida : la trithérapie préventive remboursée par la Sécu ?
RITV Texte

Sida - la trithérapie préventive remboursée par la Sécu ?

 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande aux hommes qui couchent avec des hommes une trithérapie préventive pour éviter de contracter le sida, reconnaissant ainsi que les homosexuels masculins constituent un groupe à risque et que la capote n’est pas une réponse efficace à l’épidémie. En France, l’association homosexualiste Aides demande qu’elle soit remboursée par la Sécu.
 
Jean Paul II avait mis en doute la stratégie du tout-capote pour lutter contre le Sida, et son successeur constaté son inefficacité dans le traitement de l’épidémie en Afrique. Pour cela l’association homosexualiste Aides avait traité le premier d’assassin, et lancé contre le second une violente campagne d’opinion.
 
Aujourd’hui, l’OMS, en conseillant une trithérapie préventive régulière aux homosexuels masculins pour éviter la contamination par le Sida reconnaît qu’ils constituent un groupe à risque, ce qui valut à ceux qui le soutenaient dès l’origine, y compris le professeur Luc Montagnier, découvreur du virus, des attaques répétés.
 

Aides demande que la sécu rembourse la trithérapie préventive du sida

Eh bien Aides ratifie par la voix de son porte-parole la position de l’OMS, en constatant que l’épidémie est particulièrement active en France chez les gays.  Et elle approuve tardivement les propos de Benoît XVI en notant que la communication axée sur le préservatif montre ses limites et nécessite une nouvelle approche.
 
Mais les conséquences qu’en tirent l’OMS et Aides est inverse de celle qu’on attendrait : elles refusent a priori toute solution morale à l’épidémie de Sida, donc n’entendent changer en rien les mœurs des homosexuels masculins. Au contraire, elles préconisent l’usage quotidien d’un nouveau médicament, le Truvada, afin de rendre ces mœurs moins dangereuses. L’OMS recommande ainsi ce que les associations homosexualistes comme AIDES réclamait : la pilule sodomite est un blanc seing donné au vagabondage homosexuel.
 
La cerise sur le gâteau est d’ordre financier. Le Truvada, médicament américain, a le monopole du marché, il est très cher de ce fait, 520 euros par mois. Pour l’instant il n’est pas remboursé par la Sécu, mais pour qu’il le devienne, il suffirait que Marisol Touraine accède à la demande d’Aides et étende « l’indication du médicament au préventif ». Si elle le fait, le contribuable français aura l’honneur de faire un pont d’or à un laboratoire américain afin de fournir gratuitement aux gays habitant en France un permis de s’amuser ensemble sans aucune limite. Vive la République !