fbpx

Ukraine : la guerre arrive à Marioupol

Ukraine : la guerre arrive à Marioupol
Au moins quinze civils ont été tués ce samedi dans des bombardements aux lance-roquettes dans la ville de Marioupol, première attaque contre ce port stratégique, et dernière grande ville de l’est de l’Ukraine – passé sous contrôle pro-russe – encore tenue par Kiev. Malgré les assurances diplomatiques avancées par l’Europe, malgré les signatures d’accords, la guerre fait donc toujours rage dans le pays, faisant quotidiennement (ou presque) son lot de morts et de blessés.
 
Préservée jusqu’ici des combats qui agitaient la région, Marioupol, ville industrielle d’un demi-million d’habitants située sur les bords de la mer d’Azov, représente une place stratégique pour les partisans pro-russes : son annexion permettrait en effet la création d’un pont terrestre entre la Russie et la Crimée.
 

La guerre et son lot de morts à Marioupol

 
Cette attaque contre un quartier très peuplé de la ville survient quelques jours seulement après l’abandon par l’armée ukrainienne de l’aéroport de Donetsk, autre site symbolique. Quinze personnes ont été tuées et quarante-six blessées (dont une fillette de 12 ans), a indiqué le ministère ukrainien de l’Intérieur.
 
De son côté, l’armée ukrainienne a indiqué qu’il s’agissait de tirs rebelles au lance-roquettes multiples Grad, et que des maisons avaient été détruites. « Les rebelles n’ont pas besoin de la paix ; ils exécutent les ordre du Kremlin pour une escalade de la situation dans le Donbass », a ajouté l’état-major.
 
De part et d’autre, on assiste à une escalade dans la dénonciation des responsabilités adverses. Ainsi le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense Olexandre Tourtchinov a-t-il déclaré, peu après l’attaque, que le président russe Vladimir Poutine était personnellement responsable du drame. De leur côté, les combattants pro-russes ont affirmé n’avoir pas ouvert le feu sur Marioupol, a indiqué, en reprenant la déclaration d’un responsable militaire, l’agence de presse officielle de la république autoproclamée de Donetsk.
 
Une déclaration apparemment confirmée par la mairie-même de Marioupol, qui a assuré qu’il ne s’agissait pas pour l’instant d’un assaut ennemi, aucun mouvement militaire n’ayant été repéré aux environs de la ville.
 

Situation toujours tendue en Ukraine

 
On le voit, la confusion demeure entière. Et la situation n’est pas en passe, malheureusement, de s’améliorer. En effet, le président de la République populaire autoproclamée de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, a rejeté vendredi toute idée de trêve, affirmant au contraire que ses forces s’apprêtaient à lancer une offensive dans toute la région.