fbpx

Cours d’éducation sexuelle très spéciaux contre l’homophobie en Allemagne

Allemagne éducation sexuelle homophobie
 
En Allemagne, un projet contre l’homophobie subventionné par l’Etat de Westphalie du Nord promeut une éducation sexuelle au moyen de « représentations théâtrales », de cours et d’ateliers sur les pratiques sexuelles anales, le sadomasochisme et les sex-toys.
 
Selon le journal Die Welt, il s’agit d’un projet appelé « Ecole de la diversité » s’adressant à des élèves de 14 ans, émanant du ministère de l’Education et de groupes LGBT et destiné à aborder des thèmes tabous mais pertinents pour les adolescents et promouvoir la « diversité » et la « tolérance » dans la société allemande.
 

Sous couvert d’éducation sexuelle, lutter contre l’homophobie

 
Le projet d’éducation sexuelle prévoit d’introduire des sujets comme « l’éjaculation précoce », « l’orgasme », le sadomasochisme et même les « backrooms », lieux que l’on trouve habituellement dans les nightclubs, les établissements de bain homosexuels et les clubs échangistes. Les cours et les ateliers de « l’école de la diversité » donneraient aussi aux élèves d’Allemagne une possibilité d’explorer « différentes identités possibles » (histoire de lutter contre l’homophobie) et tenter « une nouvelle expérience », notamment en mimant le sexe oral et en utilisant des sex-toys et stimulateurs vaginaux lors de « réalisations théâtrales »…
 
Les enseignements décrivant ces activités controversées sont proposés sous des titres plutôt convenables, comme « étude ludique de l’amour et de la sexualité » ou « expressions de l’amour, de la sexualité et du partenariat sexuel », selon Die Welt.
 

En Allemagne, des voix s’élèvent contre cette éducation sexuelle précoce

 
« Les jeunes ont besoin d’un soutien pour affirmer leur orientation sexuelle » est-il écrit sur la page officielle du site internet du ministère de l’Education de Westphalie du Nord. « L’acceptation des lesbiennes et gays est à présent assurée et la diversité de la société a un impact positif sur le processus démocratique ». Le projet est pourtant critiqué par certains élus, y compris chez ceux qui défendent les droits des minorités sexuelles en Allemagne.
 
Selon Yvonne Gebauer, qui mène un projet anti-homophobie à Cologne, le respect envers les minorités sexuelles ne doit pas se faire au détriment de la pudeur naturelle des adolescents : « On ne devrait pas faire jouer des élèves de 12 ans à l’orgasme dans des classes sombres », déclare-t-elle.
 
Gebauer a reçu le soutien du Commissaire du gouvernement fédéral à l’enfance maltraitée, Johannes-Wilhelm Roerig, qui a dénoncé l’utilisation de certains « outils pédagogiques » comme étant totalement « déraisonnable » et « inacceptable ». « Les garçons et les filles qui ont été habitués aux transgressions se retrouvent désensibilisés » et deviennent plus facilement la proie de pédérastes, a prévenu Roerig.
 

Education sexuelle obligatoire en Allemagne dès 8 ans

 
Des projets similaires qui affirment chercher à lutter contre l’homophobie ont également rencontré une vive opposition. En février, 4.500 personnes ont manifesté à Stuttgart contre un programme similaire. La manifestation a donné lieu à une contre-manifestation et des affrontements ont eu lieu avec la police. L’an dernier, des dizaines de résidents de Hambourg ont protesté derrière le slogan « Touchez pas à nos enfants ». En 2014, plus de 80.000 personnes du sud de l’Allemagne ont signé une pétition contre un projet d’enseignement LGBT à l’école.
 
En Allemagne, l’éducation sexuelle est obligatoire pour les enfants dès 8 ans, et les en soustraire pour des motifs religieux ou culturels est généralement interdit.
 

Patrick Neuville