fbpx

Suède : Eva Brunne, « évêquesse » lesbienne, a proposé de retirer les croix d’une église et d’y ajouter des symboles musulmans

Brunne évêquesse lesbienne retirer croix église ajouter symboles musulmans
 
L’évêquesse protestante de Stockholm, Eva Brunne, a proposé à une église de son diocèse de retirer les croix et d’installer des panneaux indiquant la direction de la Mecque pour les fidèles musulmans. La première femme ouvertement lesbienne à être ordonnée évêque par l’Eglise de Suède en 2009, qui a notamment un jeune garçon avec son « épouse » prêtre Gunilla Linden, a lancé cette suggestion pour que les croyants des autres religions se sentent accueillis dans l’église.
 
Lors d’une conférence donnée à l’église de la mission des marins, dans les docks de Stockholm, elle a qualifié les invités musulmans d’« anges », encourageant le pasteur en place à les accueillir le mieux possible. C’est-à-dire en escamotant ce qui rappelle par trop l’identité chrétienne du lieu.
 

Pour Eva Brunne, l’« évêquesse » lesbienne, retirer les croix et ajouter des symboles musulmans est un signe d’accueil

 
Plus tard, sur son blog, Eva Brunne devait affirmer qu’un prêtre qui retire les croix de son église et la prépare à l’accueil de fidèles musulmans n’en est pas moins un bon défenseur de la foi. Pire : un refus montrerait une « avarice » condamnable à l’égard des croyants des autres religions. De toute façon, a-t-elle souligné, il existe bien des salles de prière interreligieuses dans les aéroports ou les hôpitaux.
 
Sa proposition a évidemment, et fort heureusement, provoqué de nombreuses réactions.
 
Le père Patrik Pettersson, également pasteur dans le diocèse, a rappelé qu’il était impossible de comparer une église consacrée à une quelconque salle de prière d’aéroport. « J’aurais pensé qu’un évêque soit capable de faire cette différence », a-t-il affirmé.
 

Les paroles de l’évêque provoquent de nombreuses réactions dans l’Eglise de Suède elle-même

 
Il a critiqué des paroles « irréfléchies théologiquement », et demandé ce que deviendraient les crucifix décrochés des murs ou les fonts baptismaux retirés des églises…
 
Le directeur de l’église a par ailleurs affirmé que l’évêque n’avait pas d’autorité sur cette église de mission, et que cette déclaration n’engageait donc qu’elle.
 
Interrogé, le prêtre concerné a simplement répondu : « Cela ne me pose aucun problème si des croyants hindous ou musulmans viennent prier ici. Mais je crois que nous sommes une église chrétienne, et nous garderons donc ces symboles. Si je visite une mosquée, je ne leur demande pas de retirer leurs symboles. Si j’y vais c’est par choix. »
 

L’Eglise de Suède s’offre aux musulmans, pourtant sources de problèmes majeurs dans le pays

 
L’Eglise de Suède n’en est pas à son premier scandale sur le sujet : en février, une paroisse de Malmö avait organisé un office de « solidarité » avec la communauté musulmane alors que des manifestations anti-islamisation se tenaient dans la ville où se concentrent les arrivées de clandestins dans le pays. Malmö a vu son taux de criminalité exploser… Un policier retraité a osé parler de la création de zones où les forces de l’ordre ne vont plus seules et sont obligées d’accompagner les services d’urgence. « Ce n’est pas tout à fait une zone de non droit, mais nous avons mis en place des protocoles particuliers pour y pénétrer », expliquait-il à Breitbart le mois dernier.
 
Eva Brunne n’en a rien vu : avant même qu’ils ne l’aient réclamé, elle veut ouvrir les églises aux « anges » de l’islam.
 

Béatrice Romée