fbpx

Une croix jugée illégale dans le logo de Los Angeles

Croix Los Angeles logo illégale

Quatrième logo du comté de Los Angeles, adopté en janvier 2014, et jugé inconstitutionnel.


 
Christine A. Snyder, juge à la cour du district central de Californie, a décidé le 7 avril qu’une représentation de la mission historique Saint-Gabriel surmontée d’une petite croix dans le logo de la ville violait le 1er amendement de la Constitution. Pour elle, un « observateur raisonnable et objectif » y verrait un objet à caractère « sectaire ». Le 1er Amendement contient, certes, une disposition interdisant au Congrès de promulguer une loi « institutionnalisant une religion ». Or, pour le juge, le district de Los Angeles met, à travers son sceau, sa notoriété et son prestige au service d’une seule religion, le christianisme, ce qui introduit une discrimination vis-à-vis de ceux qui ont des vues et objectifs différents.
 

La croix dans le logo de Los Angeles ne fait que rappeler l’histoire de la ville

 
C’est en 1957 que l’ancien symbole de la ville fut remplacé par une illustration comportant différents aspects représentatifs de la région, dont deux étoiles (pour les industries du cinéma et de la télévision) et la croix, qui représente l’influence de l’Eglise et des missions en Californie (en 1781, Los Angeles s’appelait « Ville de Notre Dame Reine des Anges »). De nombreuses religions n’acceptant pas l’idée de l’existence des anges, peut-être faudrait-il aussi bannir les termes de Los Angeles…
 
Sous la menace de poursuites de la part d’ACLU (Syndicat des libertés civiles américaines) représentant des leaders d’autres religions et des universitaires mécontents, Timothy T. Coates, avocat du district de Los Angeles a déclaré que l’important était de considérer ce qu’un « observateur raisonnable » penserait du sceau. Pour lui, les Californiens sont conscients du rôle historique des missions et ne perçoivent pas cette petite croix comme une promotion religieuse.
 
Cependant, l’avocate Linda M. Barrow, représentant les plaignants avec l’ACLU, a insisté sur le fait que selon elle, « Quand on enseigne, on éduque. Quand on met quelque chose dans un logo, on en fait la promotion… Cela a l’effet de favoriser une religion, ce qui était bien la volonté de départ. »
 

Une interprétation restrictive de la Constitution pour dire l’image de la croix illégale

 
Le juge Snyder, qui semblait ne pas vouloir prendre parti au mois de novembre, s’est finalement rangé du côté de l’ACLU.
 
Il est important de comprendre ce que signifie, au sein de la Constitution américaine, cette disposition du 1er Amendement. Au départ, lors de l’établissement des premières colonies, l’église officielle était encore l’Eglise d’Angleterre, et des taxes étaient notamment prélevées auprès de tous les citoyens pour la financer. C’est de cette sorte de dérives que les auteurs du Bill of Rights ont voulu préserver le peuple. Les termes « séparation de l’Eglise et de l’Etat » de Thomas Jefferson, qui servent souvent d’argument à ceux qui veulent interdire au Gouvernement toute reconnaissance d’une religion, trouvent en fait leur sens dans cette phrase d’une lettre qu’il écrivit le 1er janvier 1802 à l’Association baptiste Danbury (Connecticut) : « Je respecte profondément la volonté du peuple américain disant que ses représentants ne devraient pas faire la promotion d’une religion ni en interdire le libre exercice. »
 
Ceux qui cherchent constamment à restreindre la religion dans l’espace public, comme l’ACLU, ne s’appuient donc pas sur une interprétation objective de la Constitution.
 

Croix Los Angeles logo illégale

La mission Saint-Gabriel, située à l’est de Los Angeles, fondée par le prêtre franciscain Junípero Serra (dont la statue figure au premier plan), canonisé le 23 septembre 2015 et considéré comme l’Apôtre de la Californie.