fbpx

Le meilleur directeur d’école du Royaume-Uni a banni les Smartphones et limité l’informatique

directeur meilleure école Royaume Uni banni Smartphones informatique
 
Des parents britanniques sont prêts à débourser jusqu’à 28.000 euros par an pour inscrire leurs enfants à l’école St. Anselm’s dans le Peak District au Royaume-Uni, qui accueille quelque deux cents enfants de trois à seize ans, dont une partie de pensionnaires. Il faut dire que son directeur, Peter Phillips, vient d’obtenir le titre de « meilleure école primaire » du pays de la part du magazine Tatler, au vu des résultats de ses élèves mais aussi de ses méthodes –insolites par les temps qui courent. Tout petits où déjà grands adolescents, les écoliers de St. Anselm’s n’ont ni smartphone ni ordinateur personnel à disposition. L’informatique s’apprend en cours à partir de la sixième, mais pour le reste, on s’en tient au bon vieux téléphone filaire et aux manuels scolaires en papier.
 
C’est peu de dire que M. Phillips a l’approbation des parents qui choisissent son établissement. Lorsqu’il a annoncé l’interdiction absolue des téléphones portables il y a cinq ans lors de la première réunion de parents d’élèves, des applaudissements ont jailli. Depuis, c’est devenu un élément pris en considération lors du choix de son école. Tout élève pris avec un smartphone ou une tablette risque une exclusion temporaire – c’est arrivé deux fois en quatre ans ! – et à la seconde infraction, l’exclusion définitive. Les jeunes ne sont pas forcément ravis mais « on n’en a jamais vu aucun pleurer dans les couloirs parce qu’ils n’avaient pas de téléphone », observe tranquillement Peter Phillips. S’ils veulent appeler chez eux, ils peuvent le faire d’ailleurs depuis une ligne fixe – ne s’en contente-t-il pas lui-même ? Dans son bureau, encombré de livres et fleurant bon l’école d’autrefois, sans oublier théières et pâtisseries, il n’y a ni téléphone mobile ni écran. C’est un maître qui veut donner l’exemple.
 

Smartphones à l’école ? Le meilleur directeur d’établissement du Royaume-Uni est contre

 
A la différence de beaucoup d’écoles publiques ou les enfants ont en permanence le nez sur un écran pendant les récréations, dérangés uniquement par les sonneries des messages entrants, les jeunes se regardent, crient, courent, interagissent et jouent ensemble à St. Anselm’s.
 
Phillips est à bonne école, si l’on peut dire. Les problèmes liés à l’utilisation trop intensive des écrans sont multiples ; selon l’Office national des statistiques britanniques les enfants qui passent trois heures ou davantage sur les réseaux sociaux pendant la journée scolaire ont deux fois plus de problèmes de santé mentale que ceux qui ne sont pas du tout en ligne. Des médecins ont comparé l’addiction technologique à la dépendance à la cocaïne. Sans compter que l’omniprésence des écrans et du temps passé sur les réseaux sociaux donne un champ d’action quasi illimité aux harceleurs de tout poil.
 
« Je crois fermement que les dispositifs électroniques de n’importe quel type n’ont pas leur place au temps de l’enfance. Les téléphones sont un fardeau et poussent à l’auto-absorption. Ils entravent leurs utilisateurs et sont un outil de distraction. Ce que je veux, c’est que les enfants ne soient pas encombrés ni distraits de telle sorte qu’ils puissent se concentrer sur leurs semblables », explique Peter Phillips.
 
Il a eu le courage de dire « non » dans un monde où cela devient de plus en plus difficile. « L’autre vrai problème des parents est leur incapacité à dire non. Cela s’est aggravé au cours des ans. Certains parents ont peur de leurs enfants. Cela pourrait bien être de la culpabilité. Le fait que les deux travaillent… Peut-être trouvent-ils difficile d’équilibrer travail et vie familiale et par voie de conséquence, il leur est difficile de dire non. Mais en fait les enfants réagissent très bien au fait qu’on leur dise non. »
 

Les ordinateurs bannis en dehors des cours d’informatique : la recette du succès de Peter Phillips

 
Ce faisant, il rejoint Bill Gates et Steve Jobs ; les fondateurs de Microsoft et d’Apple limitaient tous deux sévèrement le temps d’écran de leurs enfants ; ceux de Gates n’ont pas eu de portable avant 14 ans tandis que les petits Jobs n’avaient qu’un accès restreint aux iPads que leur père jugeait « addictifs ».
 
Au Royaume-Uni, on sait désormais que les écoles où les smartphones sont interdits voient les notes de leurs élèves de 16 ans progresser de 6,4 %, un pourcentage qui passe à 12,2 % pour les plus faibles d’entre eux.
 
Phillips y ajoute le retour aux manuels classiques, dans un contexte où, comme il le craint, ceux-ci sont en voie de disparition à cause de l’omniprésence des ressources informatiques. Ce qui est concevable pour illustrer les cours d’histoire et de géographie devient dangereux, par exemple, pour l’enseignement de l’anglais, estime-t-il. Pour lui, les manuels sont irremplaçables : « Ils modifient la manière dont on digère les choses et ralentissent le processus. Cela donne aux enfants un sentiment de sécurité. Un endroit où réviser. Nous sommes très attachés aux manuels. Un bon équilibre, sain, est extrêmement important. »
 
Il est manifestement aux antipodes de l’apprentissage rapide et silencieux que procurent les écrans – apprentissage qui annihile l’analyse en s’adressant au « cerveau droit ». En Angleterre comme en France, les écoles indépendantes osent afficher leur différence qui est proprement contre-révolutionnaire…
 

Jeanne Smits